Aller au contenu

A Planète Bière, ces brasseurs déjouent les certitudes

Des pale ale et des IPA facilement accessibles, des microbrasseries qui innovent dans leurs process de brassage… A Planète Bière, la surprise est constamment de mise.

Nous avions été prévenus : cette année, à Planète Bière, le plus grand salon français de dégustation de bières, nous connaîtrions le cadre – des organisateurs chevronnés, une notoriété acquise – mais pas les modalités : un nouveau lieu d’un seul tenant (la Cité de la mode et du design, dans le 13ème arrondissement de Paris) et davantage d’exposants et de conférences.

Planète Bière 2018 - Dimanche 25 mars - Cité de la mode et du design
Derniers instants de répit avant l’arrivée du public pour une journée à guichets fermés.

En nous présentant la dernière-née de la gamme, l’équipe de Brooklyn Brewery, la brasserie artisanale américaine qui a essaimé sur le globe sous l’impulsion de son brasseur en chef Garrett Oliver (photo de couverture) et, en France, du distributeur House of Beer, ne déroge pas à la règle :  la Naranjito (4,5°), qui sera disponible en avril-mai dans le circuit cafés-hôtels-restaurants, est une pale ale dotée de zestes d’orange qui, par sa légèreté et son accessibilité, tranche avec l’image inaccessible de certaines bières craft. Loin de l’image « geek » que l’on peut avoir de la marque. Lancée il y a un an, la Bel Air Sour quitte quant à elle son statut d’édition limitée pour devenir pérenne, dès avril en exclusivité grandes et moyennes surfaces chez Monoprix, ainsi qu’en CHR.

Caulier - Gamme 28 - Planète Bière 2018, Paris

L’équipe de la brasserie Caulier, à Ghislenghien (Belgique), fait elle aussi bouger sa gamme : sa White Oak IPA (5,5°), une bière blanche beaucoup plus sèche qu’une bière classique de ce type, va voir son terme « IPA » (India Pale Ale) progressivement disparaître afin de se recentrer sur les caractéristiques mêmes du produit et la présence d’un seul houblon (Galaxy). Le produit, qui bénéficie de l’apport de fûts de chène, est fabriqué en dry hopping (houblonnage à froid). A l’inverse, la Triple (9°) assume son fort tropisme pour le houblon : cinq variétés différentes, dont deux traités à froid ; ainsi que du malt caramel pour une entrée de bouche « un peu sucrée ». « Nous sommes sur une bière de dégustation, idéale avec du gibier ou du chocolat », suggère le manager export de Caulier, Julien Timmermans. Une première étape avant d’attaquer l’impressionnant Imperial Stout (12°), une bière à haute fermentation brassée avec du malt fumé et refermentée en bouteille – du grand art à ne pas mettre entre toutes les mains.

Démystifier l’IPA, c’est possible

A l’inverse, InterDrinks, qui distribue les produits de Thornbridge Brewery, une brasserie créée en 2005 en Angleterre, propose l’AM:PM, une session IPA titrant 4,5° « qui vous permet de profiter de toutes les saveurs et du corps d’une IPA. Des notes d’arômes de fruits tropicaux, d’ananas, de mandarine, de goyave et de fruit de la passion sont équilibrées avec un caractère malté mielleux et moelleux », explique l’entreprise. La Cocoa Wonderland (6,8°) s’inscrit aussi dans cette démarche : qui n’a jamais pu être intimidé au premier abord par une chocolate porter ? Brassée avec des fèves de cacao, cette bière « très pâtissière » se distingue par sa légèreté, malgré ses notes de chocolat et son épaisse mousse. Des produits à retrouver sur le site Web Saveur Bière. Chez St Austell, une autre brasserie anglaise (distribution : House of Beer), la Ruby Jack (4,6°) déjoue également les idées reçues avec un « Christmas pudding » étonnamment agréable en bouche : des arômes de cake aux fruits confèrent à cette red ale une accessibilité bienvenue. Elle est seulement disponible en bouteilles.

Brasserie Beerstorming - Planète Bière 2018

Les noms de code donnés aux bières de la microbrasserie bruxelloise Beerstorming, basée à Saint-Gilles (Belgique), près de Bruxelles, peuvent pour leur part surprendre le public. Pour autant, la #0028 GMGK (une Belgium Ale, blonde, infusée avec du thé blanc et brassée avec de l’écorce de citron et du kaffir lime, un agrume originaire d’Asie, titrant 6°) et la #0122 God save the beer (une Tasty Ale, à 6° également, fabriquée avec trois houblons et bénéficiant des arômes du thé Earl grey) sont plus simples d’accès qu’elles n’en ont l’air. « Nous travaillons en collaboration avec notre public, qui peut venir fabriquer sa bière en soirée, et nous élargissons progressivement notre distribution à Bruxelles », ajoute le commercial de la brasserie, Pierre Gillieaux.

Cornet - Brasseries Palm - Plan-te Bière 2018

Toujours en Belgique, à Steenhuffel, les brasseries Palm, dont 60% du capital ont été acquis il y a deux ans par Bavaria, concentre ses efforts sur Cornet, une bière blonde relancée en 2014 dont le process de brassage dure sept semaines, avec notamment l’ajout de copeaux de chêne.

Des succès au rayon lager

Distribuée par SIP Drinks, l’Earl Grey (5°), la lager de la brasserie Adnams (dans le Suffolk, au Royaume-Uni), une bière fraîche et rafraîchissante avec de belles notes d’oranges et de bergamote, est dans la même veine. Suite à son succès, cette référence initialement lancée en 2017 en édition limitée s’est faite une place dans la gamme permanente.

Guinness Hop House 13 Lager - Planète Bière 2018

Un succès que l’on souhaite à la Nitro IPA : « à la croisée entre l’univers Guinness et les IPA, elle est très crémeuse », souligne l’équipe d’House of Beer. Elle est disponible depuis février en CHR et, en GMS, en cannettes. Titrant 5,3°, elle rejoint la Hop House 13 Lager, le plus gros lancement de l’histoire du distributeur, il y a un an : une hoppy lager (5°) qui a permis à Guinness de sortir de l’univers de la stout au moyen de sa brasserie pilote, The Open Gate Brewery, qui devient une marque à part entière. Ici aussi, pas question de se reposer sur ses acquis…

L’abus d’alcool est dangereux pour la santé. A consommer avec modération.

Publié dansEconomieEntreprisesIndustrie