Aller au contenu

Le salon Liquid Gold vise les grands amateurs de spiritueux

Faire revenir dans les salons les grands amateurs de spiritueux, telle est la mission que se sont assignés Philippe Jugé et Franck Poncelet, les associés d’Amuse-Bouche. Planète Bière, Paris cocktail festival et, sur la même thématique, France Quintessence, se sont rapidement imposés sur la scène liquide parisienne. Le samedi 30 juin, ils investiront les locaux d’Artcurial, la célèbre maison de vente aux enchères des Champs-Elysées (Paris), pour lancer Liquid Gold, un salon de dégustation doublé d’une vente aux enchères et d’un programme pointu de masterclasses.

Pourquoi lancez-vous un nouveau salon dédié aux spiritueux ?

Philippe Jugé ─ L’idée de Liquid Gold est devenue de deux constats. Au fil du temps, nous avons vu qu’un certain nombre de grands amateurs, des collectionneurs de bonnes bouteilles, ne se déplaçaient plus sur les salons. Les événements sont devenus trop grand public, les spiritueux en dégustation les intéressent moins… et pourtant, ils continuent à se voir et sont toujours très actifs. Ils continuent à acheter des bouteilles actuelles, et se sont mis à acheter des bouteilles anciennes, qu’on ne trouve plus, embouteillées dans les années 1980 et 1990. Ce n’est pas un placement, mais pour prendre du plaisir. Deuxième constat : les embouteillages montent en gamme, et les maisons de spiritueux sortent des cuvées d’exception, pour montrer qu’elles ont de vieilles eaux-de-vie et du savoir-faire. Ces bouteilles, on ne  les voit passer que par communiqué de presse.

Ce nouvel événement ne figurait pourtant pas dans vos plans initiaux ?

Philippe Gosmand, un des principaux collectionneurs français, nous a approchés en février. Il a créé un club, le Rare & collectors whisky club, en ouvrant ses bouteilles auprès de son cercle : de 30 à 50 personnes sont réunies tous les mois depuis plusieurs années. Il y a des salons dédiés aux spiritueux de collection à Glasgow, en Hollande, à Londres, en Belgique, dans les pays nordiques… Il nous a suggéré l’idée d’en créer un en France. Nous avons rencontré Artcurial en mars. La maison a un carnet de 70.000 clients actifs en vins et spiritueux. Laurie Matheson, et Luc Dabadie, les experts vins et spiritueux d’Artcurial, nous ont accompagné sur le projet.

Comment s’organisera Liquid Gold ?

Il y a deux temps offerts à la dégustation : 11h-15h et 16h-20h. Entre les deux, le salon ferme le temps d’une vente aux enchères avec 150 spiritueux en vente. Deuxième temps donc, la vente aux enchères. Nous organisons également deux masterclasses, avec Charles MacLean, auteur de référence dans le whisky. Il a joué son propre rôle dans La part des anges de Ken Loach. 30 places sont ouvertes par masterclass (135 euros, pour goûter six spiritueux, avec des bouteilles d’une valeur comprise entre 1000 et 3500 euros).

Qui seront les exposants ?

Trois catégories d’exposants sont prévues : des marques (Glenmorangie, Balvenie, Grosperrin Cognac avec des produits du 19ème siècle, Diageo, Trois rivières…) avec une référence en dégustation libre et des dégustations payantes au centilitre (de 2 à 100 euros). Aucune bouteille exposée n’est vendue dans le commerce en-dessous de 100 euros. Les brand ambassadors internationaux viendront nous voir. Les marques viendront nous voir. Une deuxième catégorie d’exposants : les boutiques spécialisées et les clubs (Scotch malt whisky society, les clubs d’amateurs…), The Auld Alliance, le plus grand bar à whisky au monde, à Singapour, The Whisky Shop… Enfin, des particuliers qui feront goûter quelques bouteilles de leur collection personnelle.

L’abus d’alcool est dangereux pour la santé. A consommer avec modération.

Publié dansEconomieFocus