Aller au contenu

La Cité de la mode et du design arrête les salons et mise sur la formation

L’Institut français de la mode accroît, avec la Chambre syndicale de la couture parisienne, son emprise sur la Cité de la mode et du design, qui réduira ses espaces événementiels dès l’an prochain.

Encore un nouveau départ pour la Cité de la mode et du design. A partir du printemps 2019, le bâtiment du quai d’Austerlitz, dans le 13ème arrondissement de Paris, sera restructuré sous la houlette de l’agence Architecture Patrick Mauger pour accueillir une « Grande école de mode » créée par l’Institut français de la mode, occupant historique des lieux, et l’Ecole de la chambre syndicale de la couture parisienne, actuellement située dans le 2ème arrondissement. 1000 étudiants prendront place du CAP au doctorat, avec également 2000 personnes en formation continue au sein de l’établissement.

Ce projet induit une réduction drastique de la dimension événementielle du lieu, réaménagé en 2008 par l’agence Jakob+MacFarlane, qui a notamment adjoint d’immenses structures vert fluo, dont les escaliers extérieurs, aux anciens Magasins généraux. Le « grand foyer », un plateau de 3400 m², disparaîtra dans les travaux. D’une capacité de 1500 personnes (en conférence) à 3000 personnes (en salons ou expositions), il avait notamment séduit les organisateurs de Now le off (un des événements de la Paris design week), du Whisky Live, de Planète Bière en mars dernier ou de salons dédiés à la formation. Des monte-charges et espaces traiteurs permettaient d’y organiser plusieurs types de manifestations.

Le grand foyer - Cité de la mode et du design
Le grand foyer sera reconverti en lieu de formation.

Les bars resteront ouverts

« L’atelier », une salle contigüe de 270 m² ; le « studio », une salle de 110 m² accessible depuis le quai d’Austerlitz, et la « galerie d’actualité », une coursive de 270 m², seront également fermés. Le devenir de la salle du musée Art ludique, qui a quitté les lieux fin mars,  est quant à lui en suspens. Un travail de remise à niveau de l’espace doit être entamé. Seuls subsisteront, pour la privatisation, le quai couvert de 1200 m² au niveau de la Seine et l’espace de 600 m² situé entre le Café Oz et Communion sur le rooftop. Les deux bars-clubs situés sur la terrasse panoramique resteront, tout comme la discothèque, ouverts et accessibles au grand public.

Confrontée à des difficultés de commercialisation, la Cité de la mode et du design, filiale à 100% de la Caisse des dépôts, avait fait appel en 2012 à des professionnels de l’événementiel et du monde de la nuit pour concevoir une nouvelle offre. Les travaux d’aménagement du bâtiment avaient, auparavant, accumulé de nombreux retards.

Recentré sur sa vocation initiale, le lieu, bien desservi en transports en commun (gare d’Austerlitz, gare de Lyon, Quai de la Gare) portera (enfin) bien son nom. Une exposition consacrée au photographe… de mode Peter Knapp clôt, jusqu’en juin, la programmation culturelle.

Publié dansEconomieEntreprisesServices