EntreprisesServices

Bars, boissons, événementiel : le Syndicat renouvelle son équipe de managers

3 min de lecture
Thibault Massina, Robin Davalo, Thomas Pierre, Adama Ballo - Domaine Syndicat

Les bars à cocktails parisiens Le Syndicat et La Commune ont de nouveaux managers, tout comme l’agence événementielle et le pôle boissons (Fefe) du groupe.

Nouvelle étape pour Domaine Syndicat – le nom qui regroupe désormais les bars à cocktails parisiens Le Syndicat (ouvert en 2014 dans le 10ème arrondissement) et La Commune (depuis 2016 dans le 20ème arrondissement); l’agence événementielle Syndicat Agency; Barmen with attitude, un site d’e-commerce dédié à la vente de matériel pour le bar; ainsi que la création de boissons, dont les hard-seltzers Fefe. Le management du groupe fondé par Romain Le Mouëllic vient d’évoluer.

L’occasion de préciser les nouvelles ambitions de chacune des entités, à travers leurs nouveaux managers : “quand on recrute, on essaie d’avoir les meilleurs, et surtout de nous appuyer sur des gens qui ont plusieurs talents. Chacun gère son pôle d’activité comme un dirigeant d’entreprise et un chef barman. Notre image de marque nous permet de recruter facilement, mais il faut se mettre au service de l’équipe et adhérer au projet de l’entreprise.”

Précédemment brand ambassador (Flor de Cana, Bourgoin Cognac) et barman, Robin Davalo a pris en novembre dernier la direction du bar Le Syndicat. Adama Ballo, passé par plusieurs bars parisiens (Lockwood, G Five) et créateur d’une marque de vêtements (Luisette), a pour mission de redynamiser La Commune, à Belleville. Issu de l’univers de l’œnologie, Thibault Massina devient directeur boissons du groupe, parallèlement à son poste de bartender. Chef barman de l’agence événementielle depuis janvier, Thomas Pierre a occupé plusieurs postes au sein des établissements du Perchoir, en étant dernièrement directeur du recrutement, de la formation et responsable qualité. Ils nous présentent leurs nouveaux postes.

Une nouvelle dynamique pour le bar La Commune

Adama Ballo – “Ce que je voudrais apporter en termes de changement, c’est une touche d’exotisme bien plus marquée. Le mot d’ordre est d’avoir un esprit tropical, puisque le lieu s’y prête bien (musique, cocktails, food). Je veux qu’on fasse la fête, et en faire une adresse où sortir à Belleville, dans l’Est parisien avec des animations comme des DJ set du jeudi au samedi. La carte était jusqu’alors basée sur les cocktails classiques revisités (Pornstar Martini revisité sur une base de calvados, Penicillin revisité avec du whisky français Bellevoye…) Il y avait selon moi un certain décalage avec l’esprit du bar. Nous resterons spécialisés sur les alcools français, tout en élargissant notre sourcing à l’international”. Le bar souhaite attirer davantage de clientèle après 22 heures.

Changement dans la continuité au Syndicat

Blanche sur blanc - Le Syndicat (bar à cocktails Paris)

Dans le menu actuel, Blanche sur blanc (céleri, blanche de Normandie Coquerel, vermouth dry La Quintinye, Racine de Suze, gentiane)

Robin Davalo – “Le Syndicat est un bar très bien établi, avec une offre évolutive selon les saisons. Nous sommes un bar caché et festif, en gardant notre ambiance street, que ce soit à l’heure de l’ouverture qu’à minuit lorsque nous faisons la fête. Notre staff a sa propre personnalité, avec l’exigence de comprendre la limite entre la créativité et les standards du bar. Le menu actuel, Ca tourne, est bien accueilli par nos clients. Nous prévoyons une carte très novatrice en juin. L’objectif est de mettre en avant les pépites des spiritueux français, avec de petites maisons, sur une scène internationale qui nous observe.”

Une création de produits centralisée

Spritzer Fefe - Hard seltzer

Les hard seltzers Fefe se consomment aussi en spritzers.

Thibault Massina – “Le nouveau poste de directeur boissons engendre la création des recettes du groupe. Sur Fefe, leader français sur la catégorie des hard seltzers, il s’agit également de représenter la marque. Les créateurs sont présents lors des événements, ce qui permet d’incarner la marque avec des chef barmen reconnu à Paris. Avec Fefe, le Domaine Syndicat peut introduire son expertise cocktails là où il ne l’était pas et démocratiser de façon originale et moderne les spiritueux français et rajeunir leur clientèle. Nous sommes présents dans les trains SNCF. Nous effectuons actuellement des tests pour de nouveaux lancements en mai. Dans notre vision, le bar du futur créera des boissons et exportera son savoir-faire.

Une attention spécifique sur l’événementiel

Thomas Pierre – “Avec un manager dédié, l’idée est de retranscrire, sur nos événements, les mêmes standards de qualité que dans nos bars. Nous travaillons avec des acteurs des spiritueux et des acteurs du luxe. On veut être au service des maisons de spiritueux, soit au service de maisons d’influence. Il faut restituer l’identité du Syndicat à l’extérieur, à savoir la défense des spiritueux français et l’hospitalité, conjugués avec la notion de luxe, pointue, dans l’attention portée au détail. L’agence nous aide à relayer notre image.”

2495 articles

A propos de l'auteur
Journaliste dans la presse professionnelle, j'édite Business & Marchés à titre personnel depuis 2007.
Articles
A lire également
Entreprises

Cognac, liqueur, champagne, café : quatre pop-up pour rapprocher les marques et leurs consommateurs

En novembre, Martell, St-Germain, Ruinart et Lavazza ont imaginé plusieurs expériences, à Paris, pour s’adresser directement aux consommateurs, avec des concepts très différents.
EntreprisesServices

Les smash burgers de Junk passent de la livraison au vrai point de vente, à Paris

Le groupe In My Belly conçoit des plats pensés pour la livraison et la vente à emporter. Sa marque Junk, dédiée aux smash burgers, s’essaie au take away physique, à Paris.
EntreprisesServices

Régis Botta : “le décor d'un restaurant doit être assez fort pour concilier les exigences du service et le confort du client”

Qu’est-ce qui fait l’essence d’un restaurant ? La qualité de sa cuisine, évidemment. L’accueil de son personnel, aussi. L’ambiance, également. Un sujet auquel s’attèle, depuis 2007 puis la création de son agence en 2011, l’architecte Régis Botta.

Recevez nos prochains articles par e-mail

Abonnez-vous à notre newsletter