Aller au contenu

Au Cheese Day, le fromage se donne en spectacle

Du fromage, des vins et des spiritueux: la recette du salon Cheese Day a été reconduite cette année à Paris, avec une large palette de saveurs.

Les organisateurs du Cheese Day, le salon parisien dédié au fromage crée l’an dernier, avaient promis un lieu plus grand pour accueillir les gourmets : c’est donc dans un magnifique salon de l’hôtel InterContinental Paris le Grand (2ème arrondissement) – abondamment photographié – que s’est tenue la deuxième édition de l’événement, qui a accordé moins de place aux conférences pour se recentrer sur les mets, avec plus de 200 fromages et 50 vins et spiritueux à l’affiche.

Les nouveaux fromagers

Si l’essor de la consommation sous forme de snacks a peu été représentée lors du salon, hormis sous la houlette de Caprice des Dieux, des figures émergentes étaient bien présentes, parmi lesquelles Les nouveaux fromagers, une start-up parisienne lancée à l’automne 2013. De 2000 à 2500 exemplaires de leur box, commercialisée au prix de 19,90 euros, sont écoulés chaque mois. 4 fromages différents sont disposés dans un coffret isotherme. L’entreprise, qui dispose de caves d’affinage en région parisienne, propose également des prestations événementielles et sélectionne désormais des fromages, vendus sous son label, pour les magasins Franprix passés au nouveau concept.

A déguster dans une boîte…

Créée en 1965 à Cléron (Doubs), la fromagerie Jean Perrin n’est, elle, plus une start-up… En revanche, elle cultive un intérêt certain pour l’export (15% de son activité) et les formats originaux, à l’instar de son Edel de Cléron, lancé en 1982. Cette boite en bois, qui s’apparente à celle du Mont d’Or, renferme une croute en écorce d’épicéa – de Franche-Comté, ancrage local oblige – et un fromage de vache pasteurisé, à déguster froid ou chaud en différents formats, de 700 grammes à 2 kg. L’entreprise s’enorgueillit par ailleurs de proposer « la plus grande gamme de fromages pour raclette » avec pas moins de 14 références.

… ou en portions

On peut disposer d’une identité forte et innover, rappellent pour leur part les représentants des fromages de Suisse, qui fédèrent 13 interprofessions. En septembre, une nouvelle référence d’Appenzeller, « rafiinée et corsée » avec 9 mois d’affinage au compteur a été lancée et présentée pour la première fois à Paris au Cheese Day. En Lituanie, Dzuigas, un fromage « sans lactose », rencontre « un grand succès »… qui pourrait être reproduit en France avec ses 5 affinages différents, de 18 à 48 mois. Les produits sont disponibles en portions préemballées chez Carrefour Market, et à la coupe à la Grande épicerie du Bon Marché.

Le fromage peut également être un bon prétexte pour déguster autrement des spiritueux… ou inversement. Les rhums Isautier pouvaient ainsi être découverts avec du beaufort (en accompagnement d’un rhum brun), du munster (avec un rhum de 7 ans d’âge) et avec du roquefort (en plus d’un assemblage de rhums de 8 et 15 ans d’âge, « Louis et Charles »). Dans ces deux univers, tout est une question de patience…

Publié dansEconomieEntreprisesIndustrie