ÉconomieEntreprisesServices

Mon agent privé veut simplifier l’installation des agents immobiliers

1 min. de lecture

Créer un nouveau réseau immobilier à mi-chemin entre les agences et les mandataires, tel est le défi que se fixent les fondateurs de Monagentprive.com, une franchise qui compte offrir davantage de souplesse à ses membres. Christophe Blondeau, directeur du développement de la start-up, répond aux questions de Business & Marchés.

Quel constat vous a incité à créer Mon agent privé?

Aujourd’hui, le modèle des agences traditionnelles avec vitrine est obsolète. La visibilité des biens à vendre se fait aujourd’hui sur le Web.  Les loyers et pas de porte des boutiques avec vitrine sont difficiles à amortir et ne permettent pas d’être compétitif. En parallèle, le modèle de fonctionnement des mandataires n’est pas optimal. Ces derniers pratiquent des honoraires peu élevés mais ont des inconvénients majeurs : travailler à domicile, ce qui ne permet pas de recevoir la clientèle, peu de formation et pas d’encadrement, mais aussi des charges mensuelles importantes. Notre objectif est de proposer une nouvelle offre optimisée pour les professionnels de l’immobilier (franchisé, succursaliste, conseiller immobilier) comme pour les particuliers sur le marché.

Comment vous différenciez-vous des réseaux immobiliers existants?

Monagentprive.com reprend tous les avantages des agences immobilières traditionnelles et des réseaux mandataires sans les inconvénients de chaque système. Nous permettons à nos partenaires de s’implanter aussi bien en bureau qu’en boutique sans aménagement répondant à une charte et ses coûts inhérents. Alors que les réseaux traditionnels demandent 150.000 euros pour le financement d’un projet en franchise, hors pas de porte, 40.000 euros jusqu’à 75.000 euros sont en moyenne nécessaires dans notre formule. Nous souhaitons attirer les créateurs, porteurs de projet tous horizons confondus mais également les mandataires voulant créer leur propres structures mais aussi les agents immobiliers voulant sortir de l’isolement, et ceux sous enseignes en recherchant une nouvelle plus à même de les accompagner dans leur développement.

Quels services offrez-vous au grand public, avec quelles nouveautés?

De nombreux services adaptés aux acquéreurs : déménageur, courtier bancaire, société de travaux etc…. Mais également un mandat «privé» incluant des engagements forts envers les vendeurs (incluant notamment la possibilité d’annuler une exclusivité sur simple mail ou sms de leur part), ainsi qu’un mandat «revente».

A lire également
EntreprisesIndustrie

Comment Artecosy repense le métier du mobilier et s'adapte au télétravail

Mobilier : la marque Artecosy entend concilier le design et le confort. “Nous avons comme ambition de devenir un leader français dans l’ameublement”, explique Sophie Pineau, fondatrice.
ÉconomieEntreprisesManagementServices

“Les entreprises repensent la manière de stocker leurs biens”, observe Laurent Bonnet, de Stockoss

La start-up Stockoss propose de réserver des espaces de stockage (vrac ou palettes). Laurent Bonnet, fondateur de Stockoss, répond à nos questions.
Entreprises

Remyx entend séduire les barmans avec ses vodkas twistées par des artistes

La start-up Remyx Vodka repense l’identité de sa marque à chaque nouveau batch, grâce à des artistes. Les bars et les cavistes constituent la cible privilégiée.

Recevez nos prochains articles par e-mail

Abonnez-vous à notre newsletter