ÉconomieEntreprisesServices

SkillCatch compte populariser la formation par la vidéo

Application SkillCatch e-doceo

Avec l’application SkillCatch, e-doceo étend ses services de formation professionnelle au grand public en s’appuyant sur la vidéo mobile.

Jérôme Bruet

Jérôme Bruet

La vidéo peut aussi servir de support pour la formation professionnelle. Le leader de la formation digitalisée en France e-doceo vient de lancer SkillCatch, une application proposant à ses utilisateurs de réaliser, avec leur téléphone, des séquences dédiées à la transmission du savoir, avec des outils dédiés à la pédagogie et au montage, sans connaissances techniques préalables.

« Nous proposions jusqu’alors des solutions adaptées au volet formel de la formation, qui représente 10% des savoirs acquis dans la sphère professionnelle. Il faut accélérer la transmission des 90% restants », indique à Business & Marchés le directeur général et fondateur d’e-doceo, Jérôme Bruet. La simplicité d’utilisation conditionne cette démarche : « tout le monde doit pouvoir utiliser l’application, proposée sur un outil simple et répandu, le téléphone mobile. L’usage doit pouvoir s’effectuer dans l’entreprise, mais également en-dehors. »

Un usage de la vidéo pensé pour la formation

Pour démocratiser la formation par la vidéo, SkillCatch a été conçue autour de trois principes forts. « D’une part, nous avons travaillé avec des chercheurs spécialisés pour définir un mode de séquençage des vidéos, améliorées au moyen d’un prompteur et contextualisées. D’autre part, une fois le discours structuré, des points d’ancrage pédagogiques peuvent être ajoutés à la vidéo grâce à des modèles de mise en page, en insérant une photo par exemple. Enfin, ces apprentissages informels mais ordonnés peuvent être diffusés facilement en invitant des contacts par mail. L’innovation est d’enchaîner l’ensemble des étapes, du tournage de la vidéo à sa publication, dans un même environnement », explique Jérôme Bruet.

Il n’est pas question pour autant de reproduire des tutoriels, très en vogue sur le Web. « Un tutoriel vidéo ne peut pas être formateur s’il n’est pas enrichi par des points d’ancrage pédagogiques. Un séquençage et des outils adaptés permettent d’y arriver au sein même de notre application, sans logiciels supplémentaires », ajoute le chef d’entreprise. Les vidéos pourront être lues sur un portail dédié dans la version gratuite, et exportées dans la version payante de SkillCatch, reliée aux services déjà commercialisés par e-doceo. « Il y aura bien sûr des usages détournés de notre application, mais nous visons un cœur de cible professionnel. »

Du BtoB au BtoC

L’entreprise, qui propose ses produits auprès d’un public de professionnels, s’ouvre de fait au grand public avec cette application. « Je crois beaucoup au social learning. L’enjeu est d’acculturer la société et de faire connaître nos services : nous espérons convertir à nos outils payants des utilisateurs qui souhaiteront enrichir davantage leurs supports de formation », précise Jérôme Bruet. 500 utilisateurs ont déjà été recensés à l’issue de la première semaine de lancement, l’objectif affiché étant de parvenir à 10000 dans trois mois.

A propos de l'auteur
Journaliste à L'Usine Nouvelle, j'édite Business & Marchés à titre personnel depuis 2007.
Articles
A lire également
Entreprises

Ugo Jobin : “nous devons montrer qu'être barman est un vrai métier”

Grâce à des tutoriels vidéo consacrés aux fondamentaux et aux techniques contemporaines des métiers de l’hospitalité, Bar Spoon veut réaffirmer sa place dans l’univers de la formation des barmans, débutants ou confirmés.
ÉconomieEntreprises

“Les jeunes connaissent trop peu les classic cocktails, et les barmans devront être des acteurs locaux”

Pour Yoann Demeersseman, les barmans ont un rôle à jouer dans la dimension locale de leurs approvisionnements, l’évolution du service, et la…
Actualité socialeIndustrieSociété

Maurille Larivière: “le confinement révèle notre créativité et nos capacités d'improvisation”

Maurille Larivière (The Sustainable Design School) rappelle la période de confinement encourage une nouvelle créativité plus individuelle, plus réfléchie, plus préparée en matière d’enseignement du design.