Entreprises

A Paris, l’atelier de brassage Brew Unique accompagne les homebrewers et traverse la crise

3 min. de lecture
Mike Gilmore - Brew Unique

A Paris, Mike Gilmore aide les amateurs de brassage à développer leur activité. Avec ses ateliers (Brew Unique), il contribue à la diffusion de la culture de la bière et poursuit ses collaborations autour d’initiatives agricoles.

Les brasseurs à domicile sont de plus en plus nombreux, confirme Mike Gilmore. Fondateur de l’atelier de brassage Brew Unique, installé depuis le printemps 2015 dans le 2ème arrondissement de Paris, il a continué, durant le deuxième confinement, à approvisionner ses clients en malts et houblons.

Séduits par l’idée de fabriquer leur propre bière (sur le principe du do it yourself), les amateurs découvrent le principe à l’atelier puis s’équipent, plus ou moins grandement, “à tous les budgets”. Pour s’y essayer avant de franchir le pas, un kit de brassage est vendu 60 euros. Distributeur français du site belge Brouwland, Mike Gilmore a observé une augmentation de la demande puis le premier confinement : “les ventes ont augmenté cette année.” Certains participants sont même devenus brasseurs professionnels (La Libellule, Into the Malt…)

Une activité compliquée par les restrictions

Avec cette activité liée au homebrewing, habituellement de complément, Mike Gilmore a permis à Brew Unique de garder le cap malgré les embûches : deux confinements durant lesquels il n’a pas pu accueillir de public – et donc assurer ses ateliers – ainsi que les deux couvre-feu qui ont compliqué l’activité. Les sessions de brassage, qui s’étendaient en soirée après les heures de bureaux, afin de coller aux habitudes de la cible, ne peuvent se dérouler facilement qu’en fin de semaine, tandis que les embouteillages doivent se terminer à 19 heures. En décembre, seuls trois participants étaient comptabilisés en moyenne chaque samedi, contre une quinzaine en temps normal. Avant la crise, 1500 clients, soit près de 3000 personnes, poussaient les portes de l’atelier chaque année.

L’activité B2B manque également à l’appel. Jusqu’en mars dernier, nombreuses étaient les entreprises qui proposaient à leurs collaborateurs des sessions de team building dédiées à l’apprentissage du brassage de la bière. Quelques prestations ont été réalisées entre les deux confinements. La situation est d’autant plus regrettable que Brew Unique, qui développe habituellement une centaine de nouvelles recettes de bière par an pour son propre compte, en batchs de 18 litres (de quoi inciter à passer régulièrement découvrir les nouveautés, comme l’incroyable Peanuts butter & Jelly sandwich Porter, aux délicieux arômes de framboises, proposée en décembre), avait mis en fûts, début mars 2020, 10 hectolitres d’une bière brassée chez Coconino (à Wissous, dans l’Essonne), la Pale Ale Mosaic Basilic. L’occasion de se lancer dans le brassage en gipsy sur de plus grandes installations.

Des collaborations autour du houblon

Mike Gilmore n’en demeure pas moins un observateur avisé de l’évolution du secteur. Ainsi, si les bières triples belges figuraient parmi les styles favoris des participants aux ateliers en 2015, les souhaits ont progressivement basculé vers les India Pale Ale. “Les gens apprécient de plus en plus les bières contenant davantage de houblon, précise le manager. Les brasseurs changent aussi leurs approvisionnements pour acheter davantage de matières destinées à brasser des IPA.” En 2020, la gamme de produits commercialisée chez Brew Unique s’est enrichie côté houblons aromatiques avec le Crystal (épicé, tangerine) et le Sabro (noix de coco, mandarine).

Dans une démarche plus locale, Brew Unique collabore avec l’association Les Toits vivants, qui porte un projet d’agriculture participative sur des toitures et terrasses. Après avoir fourni durant plusieurs années des drèches (les résidus de brassage), qui font office d’engrais, Mike Gilmore a participé à l’installation de plants de houblon (Magnum, Centennial, Brewers Gold) au-dessus d’un gymnase parisien, situé à 450 mètres de la boutique. La première récolte s’est déroulée en septembre 2020. Une initiative réitérée à La Ferté-Loupière (Yonne), à la ferme de la Collerie. Un brassage sera organisé sur place durant l’année.

Pour l’heure, les réservations ont commencé à monter pour les sessions organisées en janvier chez Brew Unique. L’opportunité, aussi, de goûter à la délicieuse Hoppy Saison (4,7%), brassée en septembre avec des fleurs de basilic, s’il en reste.

2208 articles

A propos de l'auteur
Journaliste dans la presse professionnelle, j'édite Business & Marchés à titre personnel depuis 2007.
Articles
A lire également
Entreprises

A Bastille et à Châtelet, Berliner Wunderbar teste ses formules déjeuner à emporter

A Paris, deux des établissements de Berliner Wunderbar proposent une nouvelle formule déjeuner. Un moyen de tester cette offre avant l’ouverture prochaine d’un bar sur deux niveaux dans le centre de Paris, à Châtelet.
Économie

A Noisy-le-Grand, la brasserie La Française attend la réouverture des bars pour exprimer son potentiel

Antoine Philippe s’est installé en tant que brasseur début 2020. Les quatre bières de La Française, disponibles en GMS, devraient de nouveau…
Entreprises

Avec Rabourdin, Monoprix réussit son incursion dans la bière artisanale

La gamme Monoprix x Briarde suit, à grande échelle, le test en vrac de références de la brasserie Gallia. De quoi confirmer les ambitions du retailer urbain sur la bière artisanale.

Recevez nos prochains articles par e-mail

Abonnez-vous à notre newsletter