Aller au contenu

Les médias et télécoms poursuivent leur transition numérique

Les transactions se sont fortement appréciées en 2013 dans le secteur des TMT, afin de s’adapter à la convergence.

L’année 2013 a permis de constater le dynamisme retrouvé des fusions-acquisitions dans le secteur des télécommunications, médias et technologies (TMT). Après une activité fortement ralentie entre 2008 et 2012, les opérations ont repris avec vigueur l’an passé avec des transactions atteignant un total de 62 milliards d’euros en France, d’après les chiffres de PwC, qui consacre une étude au secteur. Le total des opérations réalisées en 2012 s’élève pour sa part à 12 milliards d’euros. Le cabinet constate un retour des « méga-deals » marqué par l’annonce de la fusion, fin juillet, entre Publicis et Omnicom, les cessions de Maroc Telecom et d’Activision par Vivendi, et trois acquisitions menées par Orange.

Si le secteur des TMT n’a, selon PwC, toujours pas retrouvé son rythme d’avant-crise, il n’en demeure pas moins proactif. Dans un contexte de mutation de leur univers, les acteurs des TMT doivent mener de front l’évolution de leur activité à cette nouvelle donne (bouleversement du marché de la téléphonie mobile en France, poids grandissant de la vidéo en ligne, essor du data marketing…) et dégager des marges de manœuvre pour réussir cette conversion à un environnement toujours davantage numérisé. « La croissance  externe constitue un moyen que davantage d’acteurs du  secteur pourraient utiliser à l’avenir pour s’adapter aux exigences en constante évolution des consommateurs », expliquent les auteurs de l’étude.

En 2014, cinq grandes tendances devraient marquer l’actualité du secteur. La cession d’activités non stratégiques pourrait se poursuivre. Lagardère Active a ainsi mis en vente en octobre dernier la moitié de son portefeuille de magazines pour se concentrer sur ses marques phares. Bouygues Télécom a également revu sa politique d’infrastructures, rappelle PwC qui évoque d’éventuelles opérations chez Alcatel-Lucent.

Les technologies transforment l’univers des médias

Parallèlement à cette politique, les acteurs des médias doivent réussir leur transition numérique. Les contenus doivent s’adapter à chaque support, être actualisés en temps réel, fédérer une audience dans un univers toujours plus fragmenté (vidéo à la demande, tablettes…) et être commercialisés. La question de la rentabilité de ces nouvelles propositions éditoriales reste, pour l’heure, posée, tandis que différents modèles coexistent (freemium, paywall, publicité…) Canal+ a ainsi lancé une offre de contenus spécifique à YouTube et une nouvelle filiale, Canal+ OTT (Over the Top), dédiée aux nouveaux modes de consommation individuels et en mobilité. Elle en a confié la direction à Manuel Alduy, qui occupait auparavant le poste stratégique de directeur du cinéma.

Recevez la veille économique de Business & Marchés par e-mail en vous abonnant à la newsletter

Plus de dix ans après les premiers jalons de la convergence entre les technologies, les médias et les télécoms, celle-ci poursuit sa concrétisation. « Les entreprises du secteur des technologies continuent de transformer le paysage concurrentiel des médias et la façon dont les contenus sont consommés », rappelle PwC. Un des marqueurs les plus forts de cette évolution réside dans l’accord signé entre Facebook et deux poids lourds de la télévision, TF1 et Canal+, qui disposeront de données liées aux réactions générées par leurs programmes. TF1 a également conclu un accord avec Twitter sur le plan publicitaire. Le data marketing représente pour sa part un levier clef de développement pour les acteurs de la communication, tels Publicis.

Les infrastructures, clef du développement numérique des contenus

La frontière entre les acteurs français des TMT et leurs homologues étrangers devrait être toujours plus poreuse dans les prochains mois. De nombreuses opérations réalisées ces deux dernières années concernent au moins un acteur étranger, qu’il occupe la position de cible ou celle d’acquéreur. Le groupe américain Discovery a notamment renforcé ses positions en France au moyen d’un accord avec TF1 pour entrer au capital de ses chaînes thématiques, et prendre le contrôle d’Eurosport. Les pays émergents seront quant à eux de potentiels leviers de croissance.

Pour répondre à cette frénésie dans les contenus, les infrastructures seront mises à rude épreuve. Les besoins en bande passante s’accroissent à toute vitesse, tandis que le cloud poursuit son développement.

Pour PwC, les dirigeants du secteur ont pris la mesure de l’ampleur de la transition numérique et de la nécessité de faire évoluer leurs modèles économiques. Les acquisitions peuvent constituer des accélérateurs pour mener à bien ces évolutions.

Publié dansConférences & documentsCorpusEconomieEntreprisesIndustrieRéférences