Actualité socialeConférences & documentsRéférencesSociété

Usages mobiles : les Français « ni technophiles ni technophobes »

Largement équipés en smartphones, les Français boudent pourtant la 4G mais lorgnent sur les objets connectés.

Les Français sont séduits par les objets connectés mais appréhendent toujours difficilement la 4G, révèle une étude réalisée pour Deloitte dans 22 pays, et déclinée en France par Ipsos.

Ils sont multi-équipés (2,86 appareils en moyenne), mais les doublons ne sont guère de mise. 72% d’entre eux possèdent un ordinateur portable (un chiffre stable sur les trois dernières années), 61% un smartphone (contre 39% en 2012 et 50% en 2013), et 46% une tablette (contre 30% en 2013 et 15% en 2012). Les nouveaux types d’appareils s’ajoutent donc aux matériels existants, à l’exception des téléphones mobiles qui font l’objet de remplacements.

Si les smartphones figurent toujours parmi les objets mobiles les plus convoités par les Français (28% d’entre eux comptent en acquérir un au cours de l’année à venir), 9% se montrent intéressés par les traqueurs fitness et 8% par les montres intelligentes, deux types de produits aux taux d’équipement encore très faibles (2% chacun).

L’écosystème dans lequel évoluent les consommateurs pourrait se montrer déterminant quant au choix de certains de ces appareils : 37% des Français utilisent actuellement un téléphone mobile Samsung comme appareil principal, et 17% un iPhone d’Apple. « Seul un détenteur d’iPhone sur quatre tente l’expérience d’une tablette avec un système d’exploitation différent », indique Deloitte. La clientèle de la marque à la pomme est beaucoup plus fidèle que celle du conglomérat, dont le taux de réequipement a chuté entre 2013 et 2014.

Equipement : le modèle de Free a rebattu les cartes

Le principe de subventionnement des téléphones mobiles par les opérateurs moyennant la souscription de longs contrats a été battu en brèche par Free qui, depuis son arrivée sur le marché en janvier 2012, ne se plie pas à ce type de pratiques. Ce modèle basé sur la seule fourniture physique d’une carte Sim séduit pour le prix : « le positionnement hybride des Sim-only leur permet de capter une clientèle économe aussi bien qu’exigeante », explique le cabinet d’audit et de conseil.

Free a par ailleurs cassé les prix sur la 4G mais, cette fois-ci, l’effet d’entrainement tarifaire ne semble pas (encore) payer, notamment faute de modèles disponibles en nombre. 1 Français sur 10 est pourvu d’un équipement combinant téléphone et forfait 4G. Le prix des forfaits reste largement mis en avant par les sondés comme cause de non-abonnement, devant la suffisance de la vitesse actuelle de connexion et le coût des téléphones.

Sensible au prix, le consommateur français reste attaché au magasin (principal lieu de vente des objets mobiles), « ni technophile ni technophobe », et est encore réfractaire au paiement mobile, pourtant annoncé comme la principale tendance de ces prochaines années. L’entrée d’Apple sur ce marché renversera-t-elle la situation ? Affaire à suivre…

Photo : A smartphone during a Skype video call par Shutterstock

A propos de l'auteur
Journaliste à L'Usine Nouvelle, j'édite Business & Marchés à titre personnel depuis 2007.
Articles
A lire également
ÉconomieEntreprisesServices

François Drounau: “nous allons aider les marques de spiritueux à rattraper leur retard sur le digital”

L’agence L’Assemblage, spécialisée dans l’accompagnement marketing, RH et lean des acteurs des vins et spiritueux, développe son offre digitale avec MyBalthazar, afin de faire progresser les marques sur l’e-commerce et les réseaux sociaux.
ÉconomieEntreprisesServices

Retail : grâce au gaming, GoBeep transforme les internautes en clients

GoBeep promet aux commerçants de mesurer le ROI de leurs campagnes. Des jeux-concours sont organisés sur Facebook pour drainer du trafic en magasin.
ÉconomieEntreprisesServices

Philippe Morin (Istr): “après le choc psychologique et économique, nous avons digitalisé notre restaurant”

Le restaurant parisien Istr spécialisé dans les huîtres et les cocktails a lancé une offre dédiée à la livraison, après la phase de formalités administratives.