Aller au contenu

Netflix : comment les diffuseurs et les opérateurs se sont armés

Canal+, diffuseur, ainsi qu’Orange et Numericable, opérateurs, ont renforcé leurs offres pour faire face à l’arrivée de Netflix en France.

Redoutée de longue date par les acteurs du paysage audiovisuel français, une date arrive (enfin) : ce lundi 15 septembre 2014, le service de vidéo à la demande Netflix met un pied en France.

Basé au Luxembourg (puis aux Pays-Bas en 2015), le site devrait néanmoins respecter la réglementation française, notamment en termes de chronologie des médias. Tout film sorti en salles ne peut être diffusé à la télévision en mode payant et gratuit ni diffusé à la demande ou en DVD sans respecter certains délais, compris entre 10 et 48 mois selon le support. Des réflexions ont été menées sur le sujet avant le départ d’Aurélie Filippetti du ministère de la Culture et de la Communication. Pour son successeur Fleur Pellerin, cette arrivée constitue « une opportunité de développement pour nos sociétés de production », avec un nouveau débouché potentiel pour les programmes français. Le service pourrait être amené à contribuer à la production, au même titre que les chaînes de télévision.

Canal+ muscle ses offres

Pour l’heure, celles-ci freinent des quatre fers face au nouvel entrant, au premier rang desquelles Canal+. Avec son offre de cinéma et de séries, le groupe, qui s’apprête à fêter son trentième anniversaire (et le fera abondamment savoir pour souligner son expérience en la matière), dispose désormais d’un concurrent potentiellement de poids, en plus de BeIn Sports pour l’autre pilier de sa programmation. Netflix propose un large catalogue de séries et de films accessibles à tout moment… pour un prix bien moindre que celui de l’abonnement au bouquet de chaînes cryptées.

Canal+ a en effet tenté d’anticiper depuis quelques années l’essor de la vidéo à la demande et une éventuelle implantation de Netflix sur son principal marché. L’offre de séries exclusives a été développée au moyen de plusieurs productions (Kaboul Kitchen, Maison close, Braquo…), mises en avant sous le label « Création originale ». Netflix fait de même (House of cards, Orange is the new black) et n’hésite pas à vendre in fine ses séries aux diffuseurs traditionnels dont… Canal+.

En matière de télévision linéaire, la chaîne spécialisée Canal+ Séries a par ailleurs été lancée en septembre 2013 sans renchérissement du prix de l’abonnement. Figurent notamment des séries proposées avec peu de décalage par rapport à leur diffusion américaine ainsi que des « marathons » de séries, censés contenter les accros. Ce soir, Canal+ ira d’ailleurs plus loin, en mettant à disposition à la demande l’ensemble des épisodes de Borgia, l’ultime saison dès le début de leur diffusion télévisée.

Le groupe a par ailleurs annoncé la semaine dernière de nombreuses évolutions de CanalPlay, son équivalent de Netflix, commercialisé sur le Web et sur les terminaux TV, dont les siens. 80% des abonnements étant souscrits depuis les « box », Canal+ veut y voir une longueur d’avance. Son algorithme de recommandation de programmes – la clef de voûte du succès de Netflix – sera mieux mis en valeur, tandis que les programmes seront accessibles depuis plusieurs comptes et sans connexion. Le service compte 520.000 abonnés, dont 200.000 engrangés au cours du dernier semestre. Il sera soutenu au moyen d’un contrat passé avec son homologue américain HBO sur les séries.

Les opérateurs télécoms en embuscade

Signe de l’engouement pour les séries, Orange a pour sa part lancé en 2013 une refonte de son bouquet de chaînes OCS (Orange Cinéma Séries) comprenant notamment la création d’une chaîne elle aussi éditée en collaboration avec HBO, OCS City. Le cablo-opérateur Numericable lance pour sa part LaBox Séries, un service de vidéo à la demande accessible depuis sa plateforme. Ces deux groupes misent sur leur base d’abonnés pour assurer le développement de leurs services. Ils n’ont pas conclu, à l’heure où nous écrivions, d’accord avec Netflix (le dirigeant d’un opérateur indique au Journal du Dimanche qu’il s’agit d’un désaccord sur la répartition des revenus) pour la reprise du service. Raison de plus pour profiter de la tempête médiatique créée par le nouvel entrant !

Mise à jour

Bouygues Télécom proposera à partir du mois de novembre l’accès à Netflix sur certaines de ses « box ». Il s’agit d’un des accords les plus rapidement signés par Netflix.

Publié dansEconomieEntreprisesServices