Aller au contenu

Un panorama du paysage télévisuel français

HD, catch-up, marché publicitaire… Focus sur l’état du paysage télévisuel français.

La HD, déjà un standard

Les usages audiovisuels évoluent, la technique aussi. Fin 2013, 82,8% des foyers français équipés d’un téléviseur étaient pourvus d’un appareil recevant la haute définition (HD), d’après la dernière édition des Chiffres clés de l’audiovisuel français publiés par le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA). Ce taux a constamment progressé entre 2011 et 2013. A la pointe de la technologie, les Français évoluent en revanche en matière de nouvelles acquisitions : le taux de multi-équipement recule depuis 2009 (49,7% en 2013 contre 54% quatre ans auparavant).

Deux rendez-vous clefs en termes d’audience

En 2013, les téléspectateurs âgés de 4 ans et plus ont regardé la télévision en moyenne 3h46 par jour, en recul d’une minute sur un an. Ce volume horaire a fortement progressé suite à l’intégration en 2011 par Médiamétrie des enregistrements effectués à titre personnel ou par contrôle du direct. En milieu de journée, le pic d’audience se situe entre 13h et 13h15 (un quart d’heure plus tard le week-end), et le soir entre 21h15 et 21h30 (environ 45% des Français équipés de téléviseurs, soit 26,5 millions de personnes, samedi excepté). En termes d’audience, le CSA relève la très forte progression de D8, passée de 2,3% à 2,3% entre 2012 et 2013 suite à la mise en place d’une nouvelle grille consécutive à son rachat par Canal+.

Les chaînes « historiques » mettent les grands moyens

Pour lutter contre l’essor de la télévision numérique terrestre (TNT), sur laquelle elles disposent de fréquences aux audiences moindres, les chaînes « historiques » ont fait exploser leurs coûts de grille entre 2001 et 2013 (la TNT est apparue en 2005). Le coût de grille de TF1 est ainsi passé de 770 millions d’euros en 2001 à 935 M€ en 2012 (dernière donnée recensée), malgré une réduction de son engagement en matière de sports. La grille de M6 a coûté 343€ en 2013, contre 206M€ en 2001. France 2 et France 3, dont les coûts de grille s’élevaient  à 643M€ et à 675M€ en 2001, ont respectivement dépensé 812M€ et 867M€ en 2013.

La catch-up TV en plein essor

Ces chaînes constituent par ailleurs les leaders de la télévision de rattrapage, utilisée en décembre 2013 par 67,9% des personnes de 15 ans et plus ayant regardé un programme par ce moyen au cours de l’année écoulée. 2,48 milliards de contenus ont par ailleurs été visionnés tout au long de l’année 2012. Fin 2013, le CSA identifiait plus de 90 services, dont MyTF1, Pluzz (France Télévisions), 6Play (groupe M6), Canal+ à la demande, etc. MyTF1 et France Télévisions se sont par ailleurs hissés, l’an dernier, au troisième et quatrième rang  des sites Web les plus visités pour leurs fonctionnalités vidéo.

Le média préféré des annonceurs

Enfin, la télévision est restée, en 2013, le premier média en termes de parts de marché publicitaires. Son poids est passé de 30% en 2009 à 37% en 2013, devant la presse (en légère baisse) et la radio. 10,4 milliards d’euros bruts ont été investis en publicité télévisée en 2013, 59% étant alloués aux chaînes « historiques ». La part de marché publicitaire de TF1, chaîne leader, est passée de 43% en 2009 à 35% en 2013. La part des chaînes TNT a atteint l’an dernier 30%, contre 19% quatre ans auparavant.

Publié dansConférences & documentsCorpusEconomieEntreprisesRéférencesServices