ÉconomieEntreprisesManagement

Brigad accompagne les jeunes vers les métiers de la cuisine

Brigad et Banlieues sans frontières en action

Depuis 2016, la start-up Brigad fait le lien entre les indépendants et les professionnels dans le secteur de l’hôtellerie-restauration. 40.000 mises en relation ont été réalisées en 2018 – un chiffre qui devrait grimper à 120.000 cette année. La plateforme, dont les services sont disponibles à Paris, Lille, Lyon, Marseille, Bordeaux et Londres, ambitionne aussi de renforcer les compétences des serveurs, barmans… inscrits et présélectionnés. Elle a récemment noué un partenariat avec l’association Banlieues sans frontières en action pour mettre en place des formations de commis de cuisine.

Pourquoi avez-vous souhaité accompagner Banlieues sans frontières en action dans sa démarche de formation?

La formation fait aussi partie de la mission de Brigad, elle est au cœur de nos priorités. Avec ce projet, nous avons souhaité aller plus loin dans notre engagement. Permettre à des jeunes éloignées du monde du travail de se former au métier de commis de cuisine est un défi que nous avons tout de suite voulu relevé. L’association avec Banlieues sans frontières en action est apparue comme une évidence, car l’association prend depuis plusieurs années des initatives concrètes pour les jeunes de 18 à 25 ans. Brigad leur a permis de s’ouvrir au secteur de l’hôtellerie-restauration.

Quels besoins de formation avez-vous identifié dans les métiers de la cuisine, notamment pour les commis ?

L’objectif de cette formation était de donner à ces jeunes les bases d’un métier pour lequel il n’avait jamais été formé. Le métier de commis de cuisine est technique et nécessite à la fois de la pratique et de solides connaissances théoriques. En deux semaines, nous avons donc développé formats spécifiques pour leur fournir les éléments théoriques mais aussi la pratique (découpe légumes, la viande, le poisson, recettes de base…). Nous avons beaucoup insisté sur l’hygiène et la sécurité en cuisine, qui sont capitales. Les jeunes ont aussi passé un diplôme HACCP pour avoir une formation complète. Cette formation s’est accompagnée de tests pour valider les acquis de ces nouveaux cuisiniers.

« Nous devons accompagner les travailleurs indépendants qui utilisent notre plateforme »

Quelles formations proposez-vous depuis l’an dernier aux inscrits sur votre plateforme ?

En tant que plateforme de mise en relation, il est de notre responsabilité de former et de faire grandir les indépendants qui utilisent notre service. En quelques mois, nous avons offert plus de 100 heures de formation aux « brigaders ». Des formations aux métiers de la salle (serveur, chef de rang), de la cuisine (commis de cuisine, cuisinier, chef de partie), du bar (commis de bar, barman) mais aussi des formations comme hôte/hôtesse et en « soft skills » pour leur permettre de monter en compétences et de réaliser des missions sur de nouveaux métiers.

Quels en sont les premiers retours ?

Aujourd’hui plus de la moitié des participants obtiennent une compétence supplémentaire sur la plateforme et donc l’opportunité de recevoir des missions différentes. Nous avons aussi des partenaires comme l’institut de formation La Source qui effectue des formations pour des métiers spécifiques.  Pour le moment les formations sont reconnues sur la plateforme Brigad (au moyen d’ajouts de compétences) mais nous travaillons à ce que leur expérience et les formations suivies puissent être valorisées et reconnues sur leur CV.

A lire également
Entreprises

Ugo Jobin : “nous devons montrer qu'être barman est un vrai métier”

Grâce à des tutoriels vidéo consacrés aux fondamentaux et aux techniques contemporaines des métiers de l’hospitalité, Bar Spoon veut réaffirmer sa place dans l’univers de la formation des barmans, débutants ou confirmés.
ÉconomieEntreprises

“Les jeunes connaissent trop peu les classic cocktails, et les barmans devront être des acteurs locaux”

Pour Yoann Demeersseman, les barmans ont un rôle à jouer dans la dimension locale de leurs approvisionnements, l’évolution du service, et la…
Actualité socialeSociété

Julien Dumas : “il faut se réapproprier le mot de restaurateur, en se rapprochant des gens”

Julien Dumas, chef du restaurant parisien Lucas Carton, travaille sur les conditions de réouverture et décrypte les enjeux du “monde d’après”.