ÉconomieEntreprisesManagement

L’incroyable croissance de Brigad, la start-up anti-problèmes de recrutement des hôteliers-restaurateurs

1 min de lecture
Florent Malbranche, CEO de Brigad

Brigad a levé 6 millions d’euros. La start-up gère le sourcing et les contrats temporaires du personnel dans l’hôtellerie-restauration.

Brigad a annoncé avoir levé 6 millions d’euros auprès de spécialistes de l’investissement. La start-up, spécialisée dans la mise en relation dans le secteur de l’hôtellerie-restauration entre des indépendants qualifiés et des entreprises, de quelques heures à quelques semaines, compte ainsi se déployer dans les grandes villes (dont Marseille) et en Espagne, après avoir essaimé à Paris, Lyon, Londres, Lille et Bordeaux. 3,3 millions d’euros avaient été levés depuis la création de l’entreprise en janvier 2016.

« Nous nous occupons du recrutement et des contrats. J’ai investi il y a trois ans dans quelques restaurants – il y avait des difficultés de recrutement. Nous avons décidé de prendre le problème à bras le corps », explique Florent Malbranche, CEO et cofondateur avec Jean Lebrument. « Nous avons automatisé beaucoup d’étapes, puis nous nous sommes étendus à l’ensemble des métiers de l’hôtellerie-restauration », poursuit-il. 3500 indépendants travaillent avec environ 1000 entreprises.

120.000 mises en relation attendues en 2019

Brigad a concomitamment misé sur la tech (85% des demandes sont satisfaites en moins de cinq minutes) et le sourcing : les candidats s’inscrivent sur la plateforme, un call est réalisé, avant des sessions de groupe dans les locaux. Les profils (runner, chef de partie, maître d’hôtel, barman, pâtissier…) sont ensuite validés pour pouvoir accéder à la plateforme. « Nos clients nous font de plus en plus confiance. Traditionnellement, ce n’était pas un secteur ciblé par l’innovation et la technologie, mais les hôteliers-restaurateurs en comprennent l’intérêt. Sodexo est devenu l’un de nos plus clients », témoigne Florent Malbranche.

Brigad, qui approche les 70 salariés, s’apprête à recruter 50 personnes. L’entreprise, basée à Paris, prélève une commission sur les factures qui transitent par la plateforme. 40.000 mises en relation ont été effectuées en 2018 – ce chiffre devrait bondir à 120.000 en 2019.

2779 articles

A propos de l'auteur
Journaliste dans la presse professionnelle, j'édite Business & Marchés à titre personnel depuis 2007.
Articles
A lire également
La sélection de la rédaction

Paris : le restaurant Piccola Mia, pendant italien de Mon Coco, fait ses premiers pas place de la République

Place de la République, à Paris, le restaurant Piccola Mia succède à Pizza Pino, avec des recettes déjà éprouvées : décoration léchée, plats généreux, large amplitude horaire.
ÉconomieEntreprisesServices

Pour l’équipe des restaurants Mamé Kitchen, “être flexitarien, c’est s’éclater à découvrir de nouvelles saveurs rythmées par les saisons”

Créée en 2018, l’enseigne Mamé Kitchen compte cinq restaurants, conçus pour la vente à emporter, autour d’une offre de street food flexitarienne. Elle compte accélérer son développement.
La sélection de la rédaction

A Disney Village, la brasserie Rosalie compte faire connaître les classiques de la gastronomie française

Rosalie, un restaurant de type grande brasserie, a ouvert en décembre dernier à Disney Village, la zone connexe à Disneyland Paris. Service efficace, décoration élégante, carte fournie : les fondamentaux du concept sont de mise, mais l’établissement doit davantage faire connaître son offre.

Recevez nos prochains articles par e-mail

Abonnez-vous à notre newsletter

1 commentaire

Les commentaires sont fermés, mais vous pouvez nous contacter par mail depuis notre page A propos.