Aller au contenu

Avec Grain d’envie, Castel veut populariser le vin sans alcool

Le groupe Castel lance Grain d’envie, une gamme de boissons sans alcool destinée à élargir la cible des consommateurs de vins.

Leader européen du vin, le groupe Castel n’entend pas rater l’engouement montant pour le vin sans alcool. Sa filiale dédiée aux produits commercialisés en grande distribution, Société des vins de France, lance Grain d’envie, deux références (rouge et rosé) d’une boisson sans alcool produite à partir de vins. Franck Crouzet, directeur marketing et communication de Castel, répond aux questions de Business & Marchés.

Pourquoi lancez-vous une nouvelle gamme de vins sans alcool?

Franck Crouzet – La Société des vins de France a notamment lancé en 2015 Isk, un vin à faible degré d’alcool. Elle a exploré les tendances de développement sur le marché du vin à travers des styles de vie, et des approches qui sortent de l’ordinaire. Grain d’envie est réponse précise à ceux qui aimeraient apprivoiser le vin sans en avoir les inconvénients. Par ailleurs, les volumes de bières sans alcool ont augmenté de 7% l’an dernier ! Tourtel Twist ou Heineken 0.0 confortent cette tendance de fond. Les vins effervescents suivent la même tendance (+7% en volume en un an et 3,5% de parts de marché) : il n’y a aucune raison pour que le vin tranquille reste à l’écart.

Comment votre gamme innove-t-elle sur ce segment?

Nous sommes une maison de vins. Il existe aujourd’hui différents process de fabrication, mais nous avons amélioré une des techniques pour obtenir du vin sans alcool grâce à une membrane de filtration. Grain d’envie a nécessité 3 ans de recherche et développement entre l’idée du produit et la commercialisation : styles de vins, études qualitatives, process… Nous sommes partis du vin pour faire du vin, même s’il ne porte plus ce nom. On revendique le goût du vin, le côté rond et intense sur le rouge (ou frais et fruité sur le rosé), le grain (avec le nom «Grain d’envie»). Ce ne sont pas des vins reconstitués. On revendique aussi haut et fort l’aspect santé «sans alcool».

De quelle manière souhaitez-vous que soit positionnée la gamme en rayons?

Nous souhaitons que les distributeurs mettent en place dans leurs linéaires une catégorie «sans alcool» à part entière. C’est une tendance qui se confirme et qui existe déjà avec succès sur d’autres produits. 44% des consommateurs de vin sont intéressés par le sans-alcool. On estime à 20 millions de consommateurs potentiels le marché : aussi bien les femmes enceintes, les personnes qui sont en régime ou qui font attention à leur santé, etc. Grain d’envie revendique 7 à 10 fois moins de calories que dans des vins classiques.

Quels sont vos distributeurs cibles?

Pour l’heure, nous ciblons uniquement grandes et moyennes surfaces qui disposent de réseaux structurés et organisés à même de pouvoir pousser une telle nouveauté. Demain, on peut imaginer que cela puisse se développer en-dehors, par exemple dans les collectivités. Il faut montrer le produit, l’expliquer… Les premières bouteilles seront disponibles en avril, mais le développement de la gamme interviendra en juin avec ses deux références en rouge (merlot) et en rosé (syrah). Ces deux cépages peuvent porter ce travail de désalcoolisation, d’où la notion de «100% goût» que nous mettrons en avant.

Publié dansEconomieEntreprisesFocusIndustrie