Aller au contenu

Whisky: comment Woodford Reserve s’adapte à l’essor de la mixologie et des craft spirits

L’essor du marché du cocktail et des craft spirits oblige les acteurs des spiritueux à se réinventer. La directrice marketing de Woodford Reserve décrypte la stratégie de la marque de whisky.

« Le berceau de Woodford Reserve est la distillerie Labrot & Graham, implantée depuis 1838 dans le comté de Woodford. L’environnement unique du Kentucky, étés chauds, hivers froids, chênes blancs, eau riche en calcium et pauvre en fer, ainsi qu’une abondante production de grains, participent à l’élaboration d’un des meilleurs bourbons du monde », rappelle Nathalie Ohier, directrice marketing France de la marque. A l’occasion du lancement en France, en octobre dernier, d’une nouvelle référence, le Kentucky Straight Rye Whiskey, elle explique comment la célèbre marque de whisky s’adapte aux évolutions du marché.

De quelle manière répondez-vous à l’essor du marché du cocktail?

Nathalie Ohier – Nous observons aujourd’hui que les bars à cocktails sont de plus en plus nombreux en France et que la mixologie a pris une place importante dans le monde du bar. Une tendance qui nous vient tout droit des US, où le cocktail est roi. L’essor de la mixologie et la résurgence des cocktails classiques américains, est en parfait accord avec l’ADN de notre marque. Woodford Reserve est d’ailleurs actuellement la marque la plus utilisée pour la réalisation de deux des plus grands classiques : le Mint Julep et le Old Fashioned parmi le World’s top 50 bars. Au-delà des grands classiques, nos whiskeys, grâce à leurs profils très spécifiques et équilibrés, permettent à tout mixologue des possibilités de création illimitées.

Une nouvelle tendance émerge, celle des craft spirits. Que vous inspire ce mouvement?

Les craft spirits prennent une place de plus en plus importante chez les consommateurs. La recherche de goûts différents, de procédés de fabrication uniques, de tradition et d’histoires sont devenus des points capitaux pour comprendre et apprécier un spiritueux. Le bourbon Woodford Reserve est un «small batch handcrafted whiskey». Il est élaboré de manière artisanale, en quantité limitée afin de pouvoir faire ressortir le potentiel de chacune des cinq sources de saveur et de garder notre unicité. Woodford Reserve a toujours été un craft bourbon de référence aux USA et cet intérêt de la part des barmen et des consommateurs est en ligne avec les valeurs d’authenticité, de complexité et de contemporanéité que nous prônons à travers notre gamme.

Comment souhaitez-vous vous développer?

Les dernières tendances, comme celle des craft spirits vont nous permettent de continuer à apporter une référence de grande qualité à nos consommateurs mais aussi de continuer à répondre à la demande croissante des barmen pour nos produits. En effet, la multiplication des bars à cocktail, de l’expertise cocktail est pour nous une grande occasion d’exprimer pleinement le potentiel de Woodford Reserve à travers son histoire et sa capacité à être mixé. Woodford Reserve innove aussi régulièrement dans la façon d’élaborer ces whiskeys. Chaque année, le Master Distiller, Chris Morris, fait évoluer une des cinq sources de saveur, afin de créer une nouvelle série limitée aux saveurs uniques,  nommée Master’s Collection.

Quelles sont les particularités de votre nouvelle référence, le Kentucky Straight Rye Whiskey?

Woodford Reserve Kentucky Straight Rye Whiskey a un profil aromatique qui le distingue des autres Rye Whiskeys. Pour être qualifié de « Rye », le whiskey doit contenir un minimum de 51% de seigle. La teneur en seigle du Woodford Reserve Rye est légèrement plus faible que celle des produits concurrents (53% de seigle, 33% de maïs et 14% d’orge maltée) ce qui permet d’obtenir une saveur plus équilibrée. Il s’agit de permettre à notre Rye de pouvoir se consommer sur glace mais aussi d’apporter du caractère et des notes épicées à tout cocktail classique. Nous avons obtenu un rye à la couleur miel ambré, avec un nez épicé, des notes distinctes de seigle, de poivre noir, et de cèdre, adoucies d’une pointe de pâte d’amandes.

Publié dansEconomieEntreprisesIndustrie