Aller au contenu

«Les bartenders deviennent plus sensibles aux soft cocktails et à l’expérience client»

L’édition 2017 du concours The Bartenders Society a mis en avant l’essor des soft cocktails et l’expérience client. Matthias Giroud présente ces tendances.

Rideau sur The Bartenders Society. Les 12 et 13 juin, la deuxième édition du concours barmen organisé par le groupe La Martiniquaise/BLMHD a mis en avant les nouvelles tendances du cocktail, alcoolisées avec les rhums Saint James, et soft grâce à l’apport des jus Caraïbos. «Une très belle évolution avec une réelle prise de conscience des participants sur l’importance de l’expérience soft cocktails, avec même pour certain un vrai virage en termes de processus de création et des expériences de plus en plus intéressantes et poussées. Le rhum, les jus et les sirops c’est juste une évidence depuis la nuit des temps ! Le rhum agricole et les jus ouvrent la porte à la création et une petite touche de sirop pour adoucir ou accentuer certains arômes, complétés par des infusions, des vieillissements, des fumages…», observe Matthias Giroud, executive bar world chef du groupe George V Eatertainement (Buddha-Bar) et président du jury.

Mathieu Gouret, barman au Santeuil Café de Nantes (Loire-Atlantique), a remporté la compétition, ouverte à l’international, grâce à son cocktail James a du cœur : 1/2 fruit de la passion, 1 branche de thym, 3 cl de jus de cranberry Caraïbos, 1 trait d’Avèze (apéritif à base de racines de gentiane), 2 cl de liqueur de fleur de sureau, 5 cl de Saint James 1765 et, en décoration, une branche de thym, un karkadé (hibiscus) et un zeste de citron vert. Après s’être hissé en deuxième position l’an dernier, il a décroché cette année la première place avec, également, un bar éphémère résolument graphique et un engagement affirmé dans la lutte contre le cancer du sein – il reversera notamment la moitié de son prix à une association. Sa création soft cocktails associe quant à elle 5 framboises fraîches, 1 trait de sirop d’hibiscus, 6 cl de jus de yuzu Caraïbos aux baies de Sichian, 3 cl de jus de pamplemousse rose et 12 cl de ginger beer.

The Bartenders Society - Finale 2017

Focus sur l’expérience client

« Durant cette édition 2017 de The Bartenders Society, j’ai été très agréablement surpris par la créativité de tous les participants et encore plus par la créativité de 25 finalistes. Nous avions donné le thème du street art pour une des deux créations à présenter et ils ont tous fait de très belles créations avec un vrai lien sur cette thématique. Les pop-up bars de l’épreuve finale étaient extrêmement travaillés et fouillés et reflétaient l’univers de chacun. Une vraie fusion de la mixologie et du street art», poursuit Matthias Giroud, qui a orchestré les épreuves à bord du Flow, une péniche emblématique des nuits parisiennes située entre les Invalides, le pont Alexandre-III et le Grand Palais. Des bartenders de Beyrouth (Liban), Lyon (Rhône) et du Luxembourg ont aussi été primés.

Cathy Mutis, prix coup de cœur du jury

«Depuis maintenant 22 ans que j’évolue dans notre monde du bar et des ouvertures dans 28 pays du monde, l’évolution a été fulgurante et vraiment intéressante pour notre métier. Aujourd’hui et déjà depuis quelques années, j’aime à dire que le monde du bar est devenu comme le monde de la cuisine, que je respecte beaucoup, et d’où je prends beaucoup d’inspiration. La mixologie devient d’années en années de plus en plus pointue en termes de techniques et de créations d’expériences (ce qui est formidable pour nos clients). Pour moi, une partie de notre futur sera nos créations soft cocktails autour du monde», souligne Matthias Giroud.

Publié dansEconomieEntreprises