ÉconomieEntreprisesServices

Pour l’équipe des restaurants Mamé Kitchen, “être flexitarien, c’est s’éclater à découvrir de nouvelles saveurs rythmées par les saisons”

3 min de lecture
Marmites chez Mame Kitchen

Créée en 2018, l’enseigne Mamé Kitchen compte cinq restaurants, conçus pour la vente à emporter, autour d’une offre de street food flexitarienne. Elle compte accélérer son développement.

D’emblée, en entrant dans le local du restaurant Mamé Kitchen de la rue La Boétie (8ème arrondissement), l’une des cinq adresses de l’enseigne (4 à Paris et 1 à Neuilly-sur-Seine), on se laisse séduire par les nombreuses marmites qui accueillent les différents plats, et par la possibilité de composer son plat, au choix ou en se faisant guider, façon Subway. Pas de sandwichs, mais une street food, taillée pour la vente à emporter, qui se veut plus saine, avec des assiettes très généreuses composées de trois sides végétariens, d’une protéine, d’une sauce et d’un topping (on craque pour les oignons frits!)

Oeufs mayonnaise, velouté de carotte au miel, effiloché de poulet français creamy moutardé (cuisson de 12 heures); tofu bio terriyaki et coriandre; halloumi grillé, herbes fraîches & citron; burratina; boulettes de bœuf français, sauce secrète (coup de coeur lors de notre visite en restaurant); oeufs brouillés; chili sin carne; brocolis; chou rouge; coleslaw; carottes; purée de pommes de terre, fromage et sauge (approuvée également); Potatoes rôties au four à l’estragon… Le choix est vaste. Les menus démarrent à 13,80 euros; 10,80 euros pour les pitas. Alice Larroche-Reiniche et Thomas Sibon, les fondateurs de l’enseigne, nous en présentent le concept.

Pourriez-vous nous présenter Mamé Kitchen ?

Alice Larroche-Reiniche – C’est en 2018 que l’aventure a commencé pour Thomas et moi-même quand nous avons quitté nos carrières respectives pour créer Mamé Kitchen, première chaîne de restaurants flexitariens en France ! Notre pari est de dépoussiérer les habitudes de consommation en faisant la part belle aux recettes végétales de saison aussi gourmandes que colorées et en offrant seulement quelques viandes toujours 100% françaises préparées avec amour.

Comment définissez-vous le concept de restauration flexitarienne ?

Être flexitarien pour nous aujourd’hui va au-delà d’un concept de restauration, c’est réellement un nouveau mode de vie d’avenir. La consommation de viande dans le monde a plus que doublé depuis les années 60, notre planète ne pourra plus soutenir un tel rythme. Pour nous, être flexitarien aujourd’hui c’est s’éclater à découvrir de nouvelles saveurs rythmées par les saisons, et se faire vraiment plaisir tout en étant en accord avec nous-mêmes et notre environnement en augmentant la quantité de végétaux dans notre assiette, et diminuant la viande en privilégiant la qualité.

Comment ont évolué les attentes de vos clients en six ans ?

Nous avons ouvert notre premier restaurant en 2018, et avons tout de suite rencontré une grande curiosité de la part de nos clients qui pour la plupart étaient déjà flexitariens sans le savoir et étaient heureux de rencontrer une offre qui leur ressemble. Aujourd’hui les clients connaissent les enjeux écologiques liés à leur alimentation et ne sont plus simplement curieux mais aussi beaucoup plus exigeants. Nous sommes heureux de voir le flexitarisme devenir un vrai mode de vie chez eux !

Quelles sont vos astuces pour amener vos clients vers des produits moins connus, comme le tofu ?

Nous avons fait le choix de développer Mamé Kitchen avec des valeurs flexitariennes inclusives et surtout non moralisatrices. L’idée est d’intéresser les clients au départ avec des produits connus et rassurants comme par exemple notre effiloché de poulet Français. Une fois qu’ils nous font confiance et qu’ils connaissent la qualité de nos recettes ils se laissent tenter par des découvertes plus végétales comme notre Tofu Bio Terriyaki qui est aujourd’hui une de nos meilleures ventes. C’est là que pour nous le pari est gagné !

Comment souhaitez-vous vous développer ?

Nous prévoyons bientôt de lancer la franchise afin de pouvoir nous déployer rapidement en région parisienne et dans d’autres villes françaises. Nous sommes persuadés du succès que nous pouvons rencontrer partout  en France auprès de cette clientèle qui cherche désormais une offre en accord avec ses valeurs, tout en étant avant tout gourmande et fun.

2787 articles

A propos de l'auteur
Journaliste dans la presse professionnelle, j'édite Business & Marchés à titre personnel depuis 2007.
Articles
A lire également
Entreprises

A la microbrasserie Patoche, à Paris, un nouveau brasseur et des bières pour le printemps

Jérémie Normand a rejoint l’équipe de la microbrasserie Patoche comme brasseur. La gamme de bières est fréquemment renouvelée, en plein cœur de Montmartre, à Paris.
EntreprisesIndustrie

A Paris, la Distillerie de l’Arbre sec fait ses premiers pas

Nichée dans le 1er arrondissement, la Distillerie de l’Arbre sec enrichit le paysage parisien des fabricants de spiritueux, en se concentrant sur ses gins à son démarrage.
EntreprisesIndustrie

“Sober Spirits a réussi à se différencier dans l'univers des spiritueux sans alcool”, se félicite Calixte Payan

Sober Spirits a lancé ses premiers produits en janvier 2022. Cette PME (15 personnes) lyonnaise propose des spiritueux sans alcool, “élaborés à partir de vrais spiritueux”, précise Calixte Payan, son fondateur, après deux ans de recherche et de développement. Parmi ses succès, un whisky bourbon, un rhum et un gin estampillés 0.0%. Retour sur un démarrage en trombe.

Recevez nos prochains articles par e-mail

Abonnez-vous à notre newsletter