Aller au contenu

WorkUp, l’annuaire intelligent des bonnes initiatives emploi

Lancé en janvier, le site internet WorkUp propose une sélection de ressources (organismes, entreprises, sites internet, associations…) dans le domaine de l’emploi et de l’entrepreneuriat. Sa cofondatrice, Anissa Bennai, répond aux questions de Business & Marchés.

Pourriez-vous nous présenter WorkUp?

Anissa Bennai – Nous mettons en avant les initiatives que nous trouvons innovantes (pas forcément en termes de nouveauté, mais de démarche), dans le domaine de l’innovation sociale. Nous nous sommes retrouvées, moi et mon associée, dans une situation de « job out » : nous souhaitions changer de travail, mais comment faire ?  Il fallait passer des heures à chercher l’information. Pourquoi ne pas faire gagner du temps aux gens en leur donnant accès à toutes les informations sur la transition professionnelle sur un même site? Nous avons voulu mettre en avant les acteurs de l’économie sociale et solidaire, mais aussi les start-up et les associations qui œuvrent pour l’emploi.

Comment s’est déroulée la création du site?

Nous avons été, toutes les deux, étudiantes ensemble à l’Institut d’administration des entreprises de Nantes, en Master d’entrepreneuriat. Charlotte a été consultante en financement de start-ups. Elle adorait l’ambiance de travail de son entreprise, et a toujours été un peu « geek ». L’idée de WorkUp l’intéressant, elle a entamé une formation pour apprendre à coder. Elle a réalisé le site. Je me suis pour ma part occupée du business development. J’ai commencé, il y a un an et demi, à parcourir les événements, à me créer un réseau…

Comment sélectionnez-vous les services offerts par la plateforme?

Nous avons identifié les services par notre réseau et sur des événements, puis nous avons testé ou fait tester tous les services présents sur la plateforme. Sinon, nous contactons des utilisateurs de ces plateformes. Nous souhaitons vulgariser l’accès à l’information, et nous souhaitons travailler avec des structures qui ont une vision similaire à la nôtre, qui partagent nos valeurs. Par exemple, CoJob est une structure associative qui accompagne des chômeurs. Il y a six millions de chômeurs en France: ils peuvent se retrouver, et créer du lien social. Environ 150 services (structures, outils) sont recensés à ce jour sur la plateforme.

Comment vous positionnez-vous par rapport aux job boards et aux réseaux sociaux professionnels?

Le site fonctionne comme un annuaire, mais de manière plus intelligente : nous avons crée un cheminement consistant à demander à l’utilisateur où il en est : chercher un job, chercher un métier, changer de boîte, créer sa boîte. Selon leur situation, les utilisateurs du site ont besoin d’une information particulière. Nous n’offrons pas d’offres d’emploi, mais nous redirigeons vers les job boards adéquats (Welcome to the jungle, StartupOnly, Kudoz, etc.) Nous essayons aussi de travailler avec les structures « in situ » : nous voulons créer de l’événementiel professionnel, faire se rencontrer les gens… En décembre, nous avons notamment rencontré la Fondation Agir contre l’exclusion, et nous les avons aidé à moderniser l’accompagnement qu’ils effectuent en termes d’emploi.

Quel est votre modèle économique, et quels sont vos objectifs de développement?

Nous avons beaucoup de pistes de business model, que nous testons. En revanche, il y a beaucoup de choses à faire dans le domaine de l’emploi. Nous nous sommes donnés six mois pour tester les idées que l’on a. Le site a été lancé en janvier. Nous avons environ 500 visites par jour, sans achat de mots-clefs. Nous sommes dans une démarche « test & learn », et nous souhaitons mettre en place une stratégie de référencement naturel, et nous appuyer sur notre réseau.

Photo : Businessman Internet Online Search par Shutterstock/Rawpixel

Publié dansActualité socialeSociété