Aller au contenu

Vin: pourquoi le Grand Tasting se décline au printemps

Le Grand Tasting, traditionnellement organisé fin novembre à Paris, bénéficie désormais d’un petit frère. Le Grand Tasting de Printemps, organisé les 24 et 25 mai au Carreau du Temple (3ème arrondissement), fera la part belle aux vins rosés, aux bouteilles à petits prix, ainsi qu’aux bartenders en partenariat avec Maison Villevert. Thierry Desseauve nous en dit plus.

Pourquoi avez-vous souhaité décliner le Grand Tasting au printemps?

Le Grand Tasting est aujourd’hui une marque de festival du vin qui s’exporte (Hong Kong, Shanghai -en juin prochain- ou Tokyo), mais ses racines et une bonne partie de son public sont à Paris. Aussi, il nous a paru intéressant de créer, un peu à la façon des fashion weeks, une session de printemps complétant celle d’hiver. Mais surtout pas pour faire la même chose. D’abord, le cadre lumineux du Carreau du Temple nous a permis d’imaginer une scénographie plus aérée et surtout construite comme un parcours. Nous avons voulu permettre à nos visiteurs, qu’ils soient professionnels ou amateurs, de découvrir toutes les facettes printanières de notre univers : ici, on pourra déguster en avant-première les grands crus de Bordeaux en primeur -idéal pour choisir sur pièce- mais aussi découvrir la saveur à l’ombre d’un figuier des rosés du Languedoc, qui constituent la tendance la plus excitante de ce secteur en plein boom et évidemment rencontrer de grands producteurs super talentueux connus ou pas encore.

Quelles sont les spécificités de l’offre à petits prix qui sera présentée ?

Il y a sept ans, nous avons créé un concours très original : Prix-Plaisir. L’idée est de faire déguster à l’aveugle des vins accessibles -différentes catégories de prix mais un maximum de vingt euros- par des jurys de consommateurs à qui l’on demande d’évaluer le potentiel prix-plaisir des vins. Les décisions de ces consommateurs sont ensuite validés par les experts Bettane+Desseauve, qui redégustent avec les jurys les vins proposés pour une médaille.  Aujourd’hui, le concours est un véritable succès, tant sur le plan des vins et producteurs participants que sur la qualité et la pertinence des jurys de consommateurs. Lors de la dernière édition, sur près de 2000 candidats, 60 médailles d’or ont été décernées, 63 médailles d’argent et 30 médailles de bronze, et parmi tous ces lauréats 18 vins certifiés bio.

Quelles sont les particularités du concours de bartenders que vous organiserez ?

L’univers du cocktail nous parait jouer un rôle non négligeable dans les nouvelles tendances du vin : il suffit de voir le succès du spritz qui vient ces jours ci d’entraîner l’entrée du prosecco -un vin pétillant traditionnel de Vénétie- dans le Petit Robert ! Nous avons voulu confronter six des plus talentueux bartenders parisiens à une spectaculaire battle leur permettant à la fois d’exercer leur imagination créatrice comme leur maîtrise de cet art très normé qu’est le cocktail : réaliser cinq grands classiques en cinq minutes, revisiter le Negroni qui fête cette année son centenaire et enfin séduire par leur propre cocktail signature.

Publié dansFocus