Aller au contenu

Bettane et Desseauve repensent leur guide des vins

12450 vins dont 4000 en bio, 8000 références de vins français, 2270 domaines, 960 pages, 12 dégustateurs : le Guide des vins 2019 de Bettane+Desseauve aligne les superlatifs. Il est prolongé par l’application Grand Tasting et le salon du même nom, le 30 novembre et le 1er décembre à Paris. Fabrice Beaugrand, dégustateur et directeur du digital, nous présente cette édition.

Quelles sont les nouveautés du guide ?

Cette année, nous avons renforcé la notion de palmarès, avec dix vins qui nous ont marqué, cent domaines phares… Nous avons mis en avant les coups de cœur de l’année. Les choix sont collégiaux, entre les dégustateurs qui ont chacun la responsabilité d’une région ou d’une sous-région. Nous avons plus de candidats que de place ! La volonté est d’être assez varié, avec de nouveaux domaines et des domaines que l’on connaît de longue date mais qui ne nous avaient pas surpris depuis longtemps.

Comment appréhendez-vous l’essor du bio ?

Généralement, les domaines en bio ont une approche exigeante par rapport aux produits. Les vins ont tendance à être savoureux. La plus grande partie des dégustations est faite à l’aveugle : les vins bio et en conventionnel sont jugés de la même manière. En France, le bio représente aujourd’hui 10% du vignoble. Il y a eu une croissance en 2014 et en 2015, avant des millésimes plus compliqués en 2016 et en 2017. Il y a néanmoins un vrai mouvement. Les nouvelles générations sont nombreuses à reprendre les domaines familiaux et à entamer une conversion. Dans le guide, on dépasse la proportion de 10% du vignoble.

Pourquoi avez-vous renforcé la part consacré aux vins du monde ?

En tant que dégustateurs, on aime les vins du monde ! On commence à trouver de belles bouteilles en France. Nous souhaitions guider le consommateur. L’approche est simple : nous avons demandé à tous les importateurs de nous fournir leurs listings, et de les déguster comme une région. Nous avons goûté près de 500 vins, pour en conserver une centaine. Le marché français était un peu chauvin. Des freins sont en train de sauter.

L’abus d’alcool est dangereux pour la santé. A consommer avec modération.

Publié dansEconomieEntreprises