ServicesSociété

La stratégie du pays de Fontainebleau pour rallonger la durée des séjours

2 min de lecture
Chateau de Fontainebleau

Se ressourcer à 70 kilomètres de Paris, telle est la promesse des 26 communes du Pays de Fontainebleau (Seine-et-Marne), à commencer par sa ville-centre. “Nous avons articulé notre positionnement autour de la notion de voyage, qui peut être équivalente, toutes proportions gardées, à celle d’une destination lointaine”, explique Jean-Michel Geneteau, directeur de Fontainebleau Tourisme, l’office de tourisme de l’agglomération. L’objectif affiché est aujourd’hui de convertir les touristes de moins d’une journée en des clients de séjours de plusieurs jours. La gare de Fontainebleau-Avon, située en zone 5, peut être ralliée en 45 minutes depuis Paris.

Comment avez-vous souhaité repositionner le Pays de Fontainebleau ?

Nous avons eu pour stratégie, avant la crise Covid, de considérer qu’il y avait une aspiration de nos visiteurs potentiels vers la nature, l’environnement et la culture. Nous sommes dans une démarche inspirée par le “temps long”. La crise pandémique accélère cette volonté de se tourner vers la nature et des valeurs de bien-être. Nous avons le plus grand espace naturel d’Ile-de-France (25 000 hectares), avec beaucoup de reliefs.

Quelle image avez-vous trouvé auparavant ?

Il y avait des gens sensibilisés par la forêt. Par exemple, la varappe représente plus de 2,5 millions de grimpeurs par an, sur l’escalade de blocs. D’autres tour-opérateurs et franges du grand public étaient concernés par le château et le patrimoine. Notre travail est de rapprocher ces deux publics, qui peuvent n’en faire qu’un, en s’intéressant à ces deux piliers du pays de Fontainebleau. Il faut transformer ces populations en clientèle de séjour (nous avons 4000 lits touristiques). Avant Covid, la forêt de Fontainebleau recevait 11 millions de visites par an. En 2019, nous avions compté 470 000 nuitées dans l’hébergement marchand. Avec nos collègues de Seine-et-Marne Attractivité, nous calculerons l’ensemble des nuitées réalisées sur le Pays de Fontainebleau, en intégrant les composantes non-marchandes.

Quels arguments mettez-vous en avant pour rappeler qu’il est possible de passer plusieurs jours ?

Nous avons travaillé sur plusieurs activités. Jusqu’à présent, l’office du tourisme était très mobilisé sur l’accueil des groupes. Nous avons estimé qu’il fallait mettre en valeur ces activités pour parler de notre forêt. Le message porté dans notre communication est qu’il est possible d’apprendre à la connaître et à la respecter. Nous nous adressons à des visiteurs individuels, mais nous apportons la preuve qu’il s’agit d’un espace remarquable de 22 000 hectares, même si certains espaces sont très fréquentés. Bien que nous soyons proches de Paris, il est possible d’effectuer une coupure, à portée de train, ce qui permet de contribuer à l’empreinte carbone.

Quels publics souhaitez-vous désormais conquérir ?

Nous avons bénéficié d’une fréquentation liée aux différents festivals culturels qui se tiennent depuis le début du mois de juin. Nous essayons, avec la nature, de toucher les trentenaires avec enfants, qui ont le souci de se mettre au vert. Nous travaillons aussi sur les séminaires d’entreprise, pour ressouder les équipes. Nous avons fédéré une quinzaine d’acteurs sur cette thématique. C’est quelque chose qui va durer.

2497 articles

A propos de l'auteur
Journaliste dans la presse professionnelle, j'édite Business & Marchés à titre personnel depuis 2007.
Articles
A lire également
EntreprisesServices

Régis Botta : “le décor d'un restaurant doit être assez fort pour concilier les exigences du service et le confort du client”

Qu’est-ce qui fait l’essence d’un restaurant ? La qualité de sa cuisine, évidemment. L’accueil de son personnel, aussi. L’ambiance, également. Un sujet auquel s’attèle, depuis 2007 puis la création de son agence en 2011, l’architecte Régis Botta.
ÉconomieEntreprisesManagementServices

Martin Malinvaud: “la généralisation du télétravail induit de repenser la restauration d'entreprise”

Food Truck Agency référence plus de 1500 food trucks destinés à répondre aux besoins des entreprises en solutions de restauration. Son fondateur, Martin Malinvaud, nous en dit plus.
EntreprisesIndustrie

Corona ne veut plus être confondue avec les bières aromatisées

En lançant Sunset, une bière aromatisée, et en rappelant que Corona Extra est une bière blonde, AB InBev entend clarifier le positionnement d’une de ses marques phares.

Recevez nos prochains articles par e-mail

Abonnez-vous à notre newsletter

1 commentaire

Les commentaires sont fermés, mais vous pouvez nous contacter par mail depuis notre page A propos.