ÉconomieEntreprisesServices

Retail : grâce au gaming, GoBeep transforme les internautes en clients

GoBeep - Trafic en magasin pour les retailers

Depuis son lancement en 2014, la start-up GoBeep promet aux commerçants de mesurer le retour sur investissement de leurs campagnes. Des jeux-concours sont organisés sur Facebook pour permettre aux consommateurs de se voir offrir leurs achats à hauteur d’une chance sur dix. Munis de leur code, ils découvrent le résultat lors de leur passage en caisse.

GoBeep, qui se présente comme une des seules adtech françaises à pouvoir mesurer du chiffre d’affaires suite à une campagne sur le réseau social, vient aussi d’adapter son produit aux sites d’e-commerce. NafNaf, qui avait déjà enregistré de bons résultats dans ses boutiques, fait partie des premières enseignes à recourir à la solution digitale. GoBeep n’utilise pas non plus de cookies. Alexandra Chiaramonti, CEO de GoBeep, nous en dit plus.

Quelle est la différence majeure entre le ‘drive to store’ et le ‘drive to purchase’ ?

La différence fondamentale réside dans le fait que le ‘drive to purchase’ est capable de mesurer la vente en point de vente alors que le ‘drive to store’ s’arrête à la visite. En effet, il faut alors extrapoler et deviner si les visiteurs sont aussi des acheteurs. Le ‘drive to purchase’, créé par GoBeep, propose de se concentrer uniquement sur l’étape finale, l’achat, en étant capable de mesurer au centime près et en temps réel combien chaque acheteur a dépensé en magasin. Il n’y a ni extrapolation ni attribution mais simplement des chiffres mesurables très précisément.

Quels sont les avantages du jeu-concours par rapport à une campagne publicitaire classique ?

Le concept de gaming de GoBeep permet, par son côté ludique, d’impliquer l’utilisateur encore plus fortement. En effet, l’utilisateur, en jouant, se sent maître de son destin et de sa chance et c’est cela qui le pousse à se rendre en magasin pour acheter afin de savoir s’il a réellement gagné.

“Le jeu est simple et universel”

Quel profil de consommateurs touchez-vous ?
Nous touchons tous les profils car notre jeu est volontairement simple et universel. N’importe quel consommateur peut jouer et c’est justement cela qui est intéressant avec GoBeep. La solution fonctionne aussi bien en zone urbaine que rurale, chez les jeunes que les retraités, toutes classes sociales confondues.

Quels taux d’engagement avez-vous relevé selon les différents circuits ?

Nous regardons plusieurs étapes de notre tunnel de conversion, la première est l’opt-in soit le taux de joueurs acceptant de partager leurs données avec nos clients afin d’être contactés pour d’autres opérations. Ce taux est supérieur à 80%. Mais le chiffre le plus probant est ce que l’on appelle le taux de drive to purchase, soit le taux de joueurs GoBeep se rendant et achetant en magasin. Ce taux de drive to purchase est supérieur à 20% en moyenne sur plus de 700 campagnes analysées.

De quelle manière avez-vous reconfiguré la solution pour l’adapter à l’e-commerce ?

Nous avons capitalisé sur nos forces et les avons adaptées à l’e-commerce. Notre atout est notre capacité à convertir des joueurs en acheteurs, à grande échelle et de manière précise et transparente pour nos clients. Il suffisait alors d’adapter notre système de comptabilisation de la conversion en caisse, au monde en ligne. Nous avons donc transposé notre module de caisse sur un module qui vient se brancher sur la page de conversion des sites e-commerce.

A propos de l'auteur
Journaliste à L'Usine Nouvelle, j'édite Business & Marchés à titre personnel depuis 2007.
Articles
A lire également
ÉconomieEntreprisesServices

Pourquoi les chatbots sont devenus des incontournables de la transformation digitale

Dydu édite un logiciel permettant à ses clients de dialoguer avec leurs internautes. Katia Houbiguian revient le parcours des bots et sur leur utilité aujourd’hui.
ÉconomieEntreprises

MyBrazil Juices poursuit le développement de ses jus de fruits frais

La start-up parisienne MyBrazil Juices développe sa gamme de jus de fruits dans des bars éphémères et en GMS. Elle compte également se développer dans les cafés-hôtels-restaurants.
ÉconomieEntreprises

Marc Bonneton (Cockorico): “les cocktails prêts à boire peuvent concurrencer la bière”

Démocratiser le cocktail et faciliter ses usages, telles sont les ambitions de Cockorico. Cette marque de cocktails prêts à boire se lance sur le marché, avec Marc Bonneton.