EntreprisesServices

En click & collect, en magasin ou en ligne, GoBeep veut générer davantage de trafic pour les marques et retailers

2 min. de lecture
GoBeep - Marketing digital sur téléphone portable

La start-up GoBeep étend le principe de ses jeux-concours “drive to store” à l’e-commerce et au retrait-commande. Les marques peuvent bénéficier de données supplémentaires sur les consommateurs, aux côtés des distributeurs.

Le reconfinement effraie moins GoBeep qu’en mars dernier. “Nous sommes plus préparés que la première fois. Les gens consomment un peu plus normalement. Nous pouvons aussi adresser toutes les typologies de magasins (fermés, ouverts,ou en click & collect)”, indique sa CEO, Alexandra Chiaramonti. Cette entreprise créée en 2014, recentrée sur une activité de plateforme marketing en 2019 après avoir proposé des chargeurs connectés aux lieux recevant du public, propose aux distributeurs et désormais aux marques d’accroître leur chiffre d’affaires grâce à des jeux incitant les internautes à se rendre en magasin.

“Nos clients savent qu’à la seconde où ils activent la solution, ils sont rentables : en moyenne, on augmente le panier moyen de 75% lorsque les clients se rendent en magasin avec un code”, souligne Alexandra Chiaramonti. Les consommateurs ont une chance sur dix de gagner leurs achats : ils jouent sur internet ou dans une application, se voient remettre un code, et effectuent leurs achats avec un code. Ils savent s’ils ont gagné ou non lors de leur passage en caisse. Dernièrement, GoBeep a fait évoluer son business model. Au coût fixe par magasin s’est ajoutée la possibilité d’un partage de revenus : la start-up prélève pourcentage du montant des revenus générés par les consommateurs envoyés par GoBeep.

Partage de revenus et campagnes pilotées par les marques

“Le secteur de la mode a beaucoup souffert. Les enseignes ont d’autant plus besoin de générer des ventes. Le partage de revenus rassure des marques en difficulté”, précise Alexandra Chiaramonti. Autre nouveauté dans l’offre de GoBeep, l’adaptation au click & collect, très utile actuellement : soit le consommateur paie en amont du retrait de sa commande, soit il scanne sa facture ou son ticket après le paiement in situ de ses achats. La mécanique de jeu fonctionne toujours. La solution peut aussi être implémentée dans un tunnel de paiement sur les sites d’e-commerce.

Depuis le début de l’année, les marques peuvent par ailleurs piloter elles-mêmes des campagnes marketing. Soit une marque lance une campagne toute seule, par exemple en offrant une chance sur dix de rembourser des achats sur une liste de magasins partenaires, soit une enseigne le fait en partenariat avec une marque, avec la preuve de l’achat des produits concernés. Au Canada, l’association des commerçants du centre-ville de Montréal a été cliente de GoBeep pour relancer la fréquentation.

GoBeep (20 personnes) compte trois bureaux, à Paris, au Canada et en Pologne pour la partie technologique. “Nous devons nous déployer plus massivement, et aller plus vite. Sur l’e-commerce , nous devons nous étendre à encore plus de secteurs. Les marques ont par ailleurs envie de communiquer et d’avoir un lien avec leurs consommateurs finaux”, poursuit Alexandra Chiaramonti.

2443 articles

A propos de l'auteur
Journaliste dans la presse professionnelle, j'édite Business & Marchés à titre personnel depuis 2007.
Articles
A lire également
Entreprises

Avec un nouveau cocktail au thé, Grand Marnier fait évoluer sa drink strategy

Le Grand T, un cocktail au thé simple à réaliser, incarne la nouvelle stratégie de Grand Marnier, qui a intensément travaillé, ses dernières années, sur sa présence dans les bars à cocktails.
EntreprisesIndustrie

Grâce à sa machine, la start-up Kuantom fait essaimer le cocktail sans barman

Conçue pour les établissements sans barmans attitrés, Orkestra, la machine à cocktails de la start-up Kuantom, est commercialisée depuis un an. L’aboutissement de six ans de R&D.
EntreprisesServices

Fortes ambitions pour les robots cuisiniers d'entreprise de Bolk

La start-up Bolk entend installer, dans les entreprises et lieux de trafic, des robots permettant de réaliser et de personnaliser des bols repas à l’heure du déjeuner. Elle vient de lever 4 millions d’euros.

Recevez nos prochains articles par e-mail

Abonnez-vous à notre newsletter