Aller au contenu

Pourquoi William Grant mise sur la Guilde du cognac

Au printemps 2017, Maison Villevert annonçait le lancement de la Guilde du cognac, une gamme de cognacs produits, pour chaque référence, dans un village donné (Lorignac, Cherves-Richemont, Saint-Germain de Vibrac, Saint-Preuil). Cet été, l’entreprise a annoncé un partenariat stratégique avec William Grant & Sons. Le distillateur, qui possède une filiale de distribution en France, entend contribuer au développement de la marque. Jean-Sébastien Robicquet, fondateur de Maison Villevert, nous en dit plus.

Pourquoi vous êtes-vous rapprochés de William Grant & Sons ?

Maison Villevert et Willam Grant partagent un grand nombre de valeurs communes. Ce sont toutes deux des sociétés familiales et indépendantes, qui savent construire des marques et valorisent l’innovation. Par ailleurs, le cognac était la seule pièce manquante dans le portefeuille déjà impressionnant d’alcools bruns de William Grant. Nous sommes donc tombés d’accord pour mettre en commun des savoir-faire et de l’expertise pour développer ensemble La Guilde du Cognac.

Comment s’est développée la gamme depuis son lancement ?

Les premiers retours sont non seulement positifs mais élogieux ! Tout simplement parce que cette collection propose de revenir aux origines du cognac, au plus proche de l’artisan distillateur. Forcément, cela interpelle. C’est une nouvelle partition qui se joue dans l’univers du cognac.

Quels sont les retours des consommateurs ?

Ils ont été également très surpris car enfin une collection de cognacs valorisait une unité géographique nouvelle : le village. Nous avons des retours positifs d’amateurs de single malt whisky qui sont intéressés par cette approche et par le goût de nos cognacs. La encore c’est une autre manière de lire le cognac et d’aborder sa diversité et sa richesse. Mais nous n’en sommes qu’au début de l’histoire. La distribution va progressivement s’étendre et nous aurons une vision beaucoup plus claire d’ici quelques mois.

L’abus d’alcool est dangereux pour la santé. A consommer avec modération.

Publié dansEconomieEntreprises