Aller au contenu

La peur de nouvelles crises alimentaires reste forte

Face à leur peur de connaître de nouvelles crises alimentaires, les Français s’informent davantage.

76 % des Français se disent inquiets de connaître de nouvelles crises alimentaires, selon une enquête menée par Ipsos Public Affairs pour Respect’in*. Les effets de la crise économique se conjuguent à cette peur : 70 % des sondés se déclarent inquiets de ne pas réussir à se procurer une alimentation saine au cours des prochaines années.

La « perte de confiance » dans les produits alimentaires se traduit notamment par une vigilance plus forte. Les informations liées au prix, aux ingrédients et au lieu de fabrication des produits alimentaires font l’objet d’un intérêt croissant de la part des Français. Ces cinq dernières années, environ 70 % d’entre eux ont ainsi accordé davantage d’importance à ces critères lors de leurs achats de produits alimentaires. En-dehors de la variable « prix », le plaisir, l’origine des ingrédients et le lieu de fabrication du produit représentent les premiers critères qui influencent le plus la décision d’achat d’un bien plutôt qu’un autre.

Le besoin de réassurance est fort, mais les cartes se redistribuent. « L’ensemble des acteurs du secteur et des repères habituels sont en train de perdre en capacité de réassurance tandis que d’autres gagnent en crédibilité », explique Emilie Rey-Coquais, chef de groupe chez Ipsos Public Affairs. Pour 80 % des Français, le label reste toujours un élément de réassurance sur la qualité d’un produit alimentaire en étant porteur… mais 48 % des Français estiment que la surabondance de ces signes induit une perte de repères.

Les associations de consommateurs et les agriculteurs constituent les deux premiers acteurs inspirant confiance aux Français en termes de communication d’informations sur les produits alimentaires. Les Français sont par ailleurs nombreux à s’informer par eux-mêmes : 49 % d’entre eux utilisent Internet à cet effet.

*Sondage réalisé par Internet du 30 septembre au 7 octobre auprès d’un échantillon de 1005 personnes représentatif de la population française âgée de 15 ans et plus.

Publié dansEnvironnement-SantéSociété