Aller au contenu

Les Français majoritairement opposés à l’écotaxe

L’écotaxe poids lourds est remise en question par les Français, tandis que les conditions d’attribution du marché intéressent de nouveau la justice.

La montée de la contestation contre l’écotaxe et la polémique naissante à propos des conditions de l’attribution du marché à Ecomouv’ influent-ils sur l’opinion des Français par rapport à ce nouvel impôt ? 57 % d’entre eux estiment que le gouvernement devrait définitivement abandonner ce projet, dont l’entrée en vigueur prévue pour le 1er janvier a été suspendue. Pour 33 % des Français, le gouvernement devrait néanmoins « mettre en œuvre ce projet à l’issue de la concertation engagée avec les acteurs économiques et politiques », d’après un sondage réalisé par CSA pour Les Echos l’Institut Montaigne*.

Lancée dans la foulée du Grenelle de l’environnement, en 2008, l’écotaxe poids lourds, destinée à réduire la pollution liée au transport routier, concerne l’ensemble des véhicules de transport de marchandises dont le poids est supérieur à 3,5 tonnes. Le consortium Ecomouv’ a remporté le contrat pour l’installation des équipements dédiés et la collecte en 2011, pour une durée de treize ans. Il doit percevoir 20 % des recettes de la taxe. La mise en œuvre de la mesure, initialement prévue pour le 1er juillet 2013, a été reportée au 1er octobre puis au 1er janvier 2014, faute de conditions techniques satisfaisantes.

Les employés, les ouvriers et la droite sont les plus virulents

73 % des employés et 66 % des ouvriers sondés estiment que le gouvernement devrait abandonner l’écotaxe poids lourds : ces catégories de population constituent les plus réticentes à ce projet. La contestation est par ailleurs plus forte en province qu’en Ile-de-France. La mesure, votée sous la précédente majorité, fait par ailleurs l’objet d’une désapprobation massive des  sympathisants de droite (56 % prônent son abandon). Les sympathisants de gauche sont pour leur part plus partagés (46 % pour chaque option).

Alors que la justice vient de rouvrir une enquête préliminaire sur les conditions d’attribution du contrat à Ecomouv’, sous la houlette du procureur de la République de Nanterre Robert Gelli et de la Brigade de répression de la délinquance économique, la polémique ne semble pas prête de s’éteindre. Même si les transporteurs des régions de Bretagne et de Midi-Pyrénées bénéficient de réductions, les tensions restent vives, comme en témoignent les destructions d’infrastructures (portiques et bornes) survenues ces derniers jours.

*Sondage réalisé par téléphone les 5 et 6 novembre auprès d’un échantillon de 1006 personnes résidant en France âgées de 18 ans et plus, selon la méthode des quotas.

Publié dansEconomiePolitique éco