ÉconomieEntreprisesIndustrie

Les Brasseurs de l’Esterel (Riviera Beer) se développent à toute allure

2 min. de lecture
Les Brasseurs de l'Esterel - Nouvelles cuves

La gamme Riviera Beer poursuit son essor sur la Côte d’Azur, avec une équipe renforcée et de nouveaux équipements.

Il y a un an, lors de notre précédent passage, l’équipe des Brasseurs de l’Esterel, qui produit la gamme de bières Riviera Beer à Saint-Raphaël (Var), commercialisée depuis le début de l’année 2016, venait d’emménager dans de nouveaux locaux. Aujourd’hui, l’entreprise, qui compte un quatrième collaborateur avec l’embauche d’un commercial, a encore grandi : ses capacités de production sont passées en juin de 700 hectolitres (hl) par an à un maximum de 4000 hl grâce à de nouveaux matériels, dont l’acquisition a été décidée en novembre. « Lorsque les nouveaux équipements sont arrivés, la production a dû s’arrêter pendant presque un mois, au début de la haute saison », souffle, soulagé, François Woiselle, directeur général de l’entreprise, qui enchaîne les livraisons durant l’été avec ses collègues.

Les cuves de brassage sont passées de 10 hl à 20 hl, en fonctionnement semi-automatique. Cinq fermenteurs de 40 hl remplacent les trois fermenteurs de 20 hl, tandis qu’un fermenteur de 20 hl reste en fonction pour les bières spéciales. Une nouvelle centrifugeuse permet de filtrer la bière avant sa pasteurisation. L’objectif est notamment de gagner en stabilité au niveau de la turbidité, ainsi que d’améliorer le process de filtration. Le local a dû être adapté en conséquence, avec une mezzanine qui permet de faire passer l’espace utile de 300 à 450 m² et de suivre l’accroissement des volumes produits et des commandes. Avec toutes ces nouveautés, les ruptures de stocks doivent diminuer.

Trois nouvelles références

Au maximum, jusqu’à 100 000 bouteilles par mois pourront être produites – ce qui néccessite des moyens humains supplémentaires – contre 20 000 à 40 000 bouteilles auparavant. Elles contiendront peut-être les trois références qui rejoindront la blonde, la blanche et l’ambrée. Depuis la mi-juin, une bière à la cerise est disponible, pour l’heure uniquement en fûts. Cet hiver, une triple rejoindra l’offre avant d’envisager une bière qui sera déclinée autour du style India Pale Ale, en restant sur des bières « assez accessibles ». On ne compte plus le nombre de bières qui revendiquent d’être toujours plus amères !

Dotés de ces nombreux nouveaux atouts, les Brasseurs de l’Estérel comptent élargir leur zone de chalandise aux Alpes-Maritimes et à l’export. Pour l’heure, l’accent a été mis sur l’événementiel (festivals, concerts…) avec des tireuses pression et des barnums. De mai à septembre, les soirées et les week-ends de l’équipe sont encore plus remplis, pour bénéficier d’un vecteur de visibilité précieux dans une région très touristique.

2292 articles

A propos de l'auteur
Journaliste dans la presse professionnelle, j'édite Business & Marchés à titre personnel depuis 2007.
Articles
A lire également
EntreprisesIndustrie

Champagne : Canard-Duchêne pousse les feux sur le bio

La maison de champagne Canard-Duchêne renomme sa cuvée bio (P 181) et accélère sur ses engagements environnementaux.
EntreprisesIndustrie

A Paris, rue de Charonne, Fauve Craft Bière joue la carte du houblon ultra-local

La Petite Charonne, bière produite chaque année, s’appuie sur du houblon cultivé boulevard de Charonne, à quelques pas du brewpub Les Cuves de Fauve, rue de Charonne, à Paris. Un sourcing local qui colle aux ambitions de Fauve Craft Bière.
Économie

Bière : aux Sables d'Olonne, la brasserie Opé sort de l’été tout en légèreté

Après avoir lancé des session IPA cet été, la brasserie Opé reconstitue, aux Sables d’Olonne, ses stocks de stout. Les restaurateurs ont repris leurs commandes durant la haute saison.

Recevez nos prochains articles par e-mail

Abonnez-vous à notre newsletter