Aller au contenu

La Robe et la Mousse porte la bière craft française au centre de Paris

A Paris, l’équipe de La Fine Mousse lance un nouveau bar à bières artisanales, La Robe et la Mousse. Egalement ouvert au vin, ce lieu mise sur une gamme 100% française.

Quelques semaines avant le lancement de la quatrième édition de la Paris Beer Week, l’événement parisien dédié à la bière artisanale, la scène craft s’enrichit d’un nouveau bar à bières, La Robe et la Mousse. Situé rue Monsieur le Prince (6ème arrondissement), il dispose de 16 pressions et de deux pompes à main, des casks. Derrière le comptoir, une équipe qui n’est pas inconnue dans la capitale : celle de La Fine Mousse, précurseur du mouvement avec un bar à bières artisanales (ouvert en 2012) et un restaurant (inauguré en 2014) situés avenue Jean-Aicard (11ème arrondissement), entre Oberkampf et Ménilmontant.

«On travaille avec les mêmes producteurs de bière qu’à La Fine Mousse, mais avec une gamme entièrement française. L’engouement a commencé avec la Cave à bulles, il y a onze ans. Le mouvement global est d’aller vers de la bière de la qualité. Outland, Les Brasseurs du Grand Paris, Popihn… montrent qu’il y a un tournant. Beaucoup de consommateurs demandent de la bière locale, qu’ils soient touristes ou Parisiens. Les bières belges sont connues, mais il y a mieux !», explique le cofondateur des deux établissements, Laurent Cicurel.

Un bleu-canard profond habille le long couloir de l’entrée de La Robe et la Mousse,  qui accueille également un imposant comptoir composé de panneaux de bois déstructurés. La sélection de bières s’affiche sur l’ardoise, comme dans un restaurant, avec une sélection pointue de produits. «Nous proposons 50% de bières d’Ile de France et 50% de bières françaises. Comme à La Fine Mousse, les bières tournent très régulièrement. On a accentué le coté local et diversifié : du cidre, un chouchen (fermentation de jus de pomme et de miel), etc. Des spiritueux français aussi : whisky, cognac, distillat de bière… Le vin est l’autre alcool phare du bar. Il est biodynamique et/ou naturel», précise Laurent Cicurel.

Toucher un plus large public

Après avoir signé en septembre et démarré les travaux en novembre, l’équipe de La Fine Mousse peut enfin s’atteler au lancement effectif de La Robe et la Mousse – qui sera tenu par quatre personnes du lundi au dimanche, dès 16 heures. Une salle voutée en pierres, privatisable, complète l’espace disponible, en sous-sol. « On pense depuis un moment à ouvrir un nouvel établissement, et on a pensé à un lieu plus diversifié sur les produits, notamment sur les produits locaux. Le quartier est assez central, point de rencontre pour les Parisiens et les touristes», ajoute le cofondateur, qui rappelle également que ce nouveau lieu constituera une occasion supplémentaire de réaliser un travail d’éducation autour de la bière, de ses styles et de la qualité.

Ce travail ne s’arrête pas aux métiers du bar et de la restauration : avec la Compagnie des boissons vivantes, l’équipe distribue des bières françaises (Thiriez, St Rieul, Vallée de Chevreuse…) mais aussi internationales (Brasserie de la Senne, Toccalmatto, etc.) auprès des professionnels qui, eux aussi, ne demandent qu’à accompagner l’essor de ce nouvel univers brassicole.

Publié dansEconomieEntreprisesServices