Aller au contenu

La Clairette de Die a enfin étrenné son rosé

Au rayon vins effervescents, Jaillance fonde beaucoup d’espoirs sur sa nouvelle Clairette de Die Rosé, lancé au terme de plusieurs années de tractations.

Après un lancement orchestré à Paris en juin dernier (photo), la cave coopérative Jaillance a pu bénéficier de la période estivale pour lancer la Clairette de Die Rosé, suite au décret autorisant cette nouvelle gamme dans l’appellation en 2016. Plus de cinq ans ont été nécessaires à la réalisation du cahier des charges.

Pour l’entreprise, qui représente 72% de la production de l’appellation sous sa marque, il s’agit d’une nouveauté bienvenue pour séduire un nouveau public : « l’appellation Clairette de Die a un côté très ancien, alors qu’elle est moderne ! C’est une belle continuité sur l’appellation. Beaucoup d’appellations avaient produit un rosé par défaut, sans la qualité forcément… Maintenant, beaucoup ont compris la problématique et proposent de bons produits », souligne Marine Lombardo, responsable marketing chez Jaillance, qui note également le regain d’intérêt des Français pour le rosé.

Créée en 1950, la Cave de Die, basée dans la Drôme, fait travailler environ 220 viticulteurs. Elle produit également des crémants de Bordeaux. Pour le lancement de la Clairette de Die Rosé, elle a crée deux produits. Pour la grande distribution, du muscat blanc et gamay sont à l’honneur, avec également du muscat rouge pour les circuits spécialisés. « La couleur est un joli rose, ni trop lisse, ni trop clair », se réjouit Marine Lombardo, qui rappelle que des efforts ont été réalisés depuis cinq ans en matière de techniques viticoles afin de gagner en qualité sur l’appellation. 500 000 cols sont prévus l’an prochain, contre 350 000 cette année.

Publié dansEconomieEntreprises