ÉconomieEntreprisesServices

HopBuddy veut populariser la craft beer à Paris

2 min de lecture
HopBuddy

Le nouveau site HopBuddy propose une sélection de bières artisanales franciliennes livrées en 1 heure à Paris.

Lancé en mars dernier, HopBuddy propose une sélection de bières artisanales brassées en Ile-de-France. S’inscrivant dans la tendance craft beer, le site marchand se distingue par sa spécialisation sur cette catégorie, et propose à ses clients parisiens d’être livrés à vélo en 1 heure. Son fondateur Paul Armbruster répond aux questions de Business & Marchés.

Quel constat vous a incité à créer HopBuddy ?

HopBuddy a été créé suite à un voyage en Californie où j’ai découvert les craft beers. Lorsque je suis rentré en France, j’ai donc essayé de retrouver les bouteilles que j’avais aimé là-bas pour les faire découvrir à mes amis. A force de chercher, je me suis rendu compte qu’il existait aussi ici des brasseurs qui faisaient des bières qui n’avaient pas à rougir face aux meilleures brasseries américaines, et dont je n’avais jamais entendu parler auparavant.

De plus, lassé de devoir faire 40 minutes de trajet pour aller acheter des bières, je me suis dit qu’il serait pratique de pouvoir les commander directement sur Internet et de les recevoir chez soi. Et puis, pour moi, il était important que les parisiens sachent que de la bière de qualité était brassée à quelques kilomètres de chez eux ! C’est en combinant ces deux aspects qu’est né HopBuddy.

Comment le site s’inscrit-il dans l’engouement actuel pour la craft beer ?

Notre ambition, c’est de contribuer autant qu’on le peu à cette aventure qu’est la craft révolution en rapprochant le public avec les brasseries qui se donnent du mal pour faire de bons produits. On a construit le site pour qu’ils soient mis en avant, ainsi que leurs produits. La notion de service est également très importante : on livre les clients rapidement, avec des bières fraîches prêtes à être consommées.

Comment sélectionnez-vous les références de bière proposées et les brasseurs référencés ?

Pour sélectionner les bières proposées sur le site, nous sommes pragmatiques : il faut que ça soit bon. Pour cela, on renouvelle les stocks très régulièrement afin de garder les bières le moins longtemps possible afin qu’elles ne perdent pas leurs arômes. De nouvelles bières sont proposées toutes les 2 à 3 semaines. Au démarrage, nous avons-nous-mêmes effectué la sélection. Pour l’instant, nous sommes focalisés sur les brasseurs franciliens, mais on est bien conscients qu’il y a d’autres brasseries en France qui proposent des bières fantastiques.

Comment résolvez-vous la question de la livraison ?

Nous avons fait le choix de proposer une livraison en 1 heure dans Paris, pour 4.90€. C’est écologique, c’est rapide, c’est pratique. Pour le reste de la France (comme pour Paris d’ailleurs), nous ne gagnons pas d’argent sur la livraison : on peut se faire livrer une caisse de 24 bières à l’autre bout du pays pour 15€ environ.

Quels sont vos objectifs de développement ?

On aimerait encore améliorer l’ergonomie du site, créer un système de parrainage pour que les gens puissent faire goûter des crafts à leurs ami(e)s gratuitement, lancer une application mobile avec géo-localisation du livreur, etc. On a encore du boulot ! Et puis, si on réussit à faire que les Parisiens soient aussi amoureux de crafts que nous le sommes, il y a d’autres villes où les gens méritent de boire de meilleures bières.

2800 articles

A propos de l'auteur
Journaliste dans la presse professionnelle, j'édite Business & Marchés à titre personnel depuis 2007.
Articles
A lire également
EntreprisesIndustrie

Armin étoffe sa gamme d'armagnacs et ses déclinaisons en cocktails

La start-up Armin, qui s’attèle à refaire découvrir l’armagnac depuis quatre ans, change ses étiquettes, et accentue sa stratégie cocktails.
ÉconomieEntreprisesServices

“Les agences de design font preuve de résilience”, souligne Delphine Dauge, de l'Association Design Conseil

Depuis 1988, l’Association Design Conseil regroupe les grandes agences de design. Sa présidente, Delphine Dauge, fait le point sur l’actualité du secteur et sur son adaptation au contexte économique actuel.
EntreprisesIndustrie

"Les consommateurs s'intéressent au café de spécialité, qui peut aussi se développer en CHR", souligne David Serruys, du Collectif café

Les chiffres du café de spécialité restent encore peu connus en France : 800 torréfacteurs traditionnels, 4000 coffee shops. David Serruys, président du Collectif café, décrypte les enjeux de ce marché.

Recevez nos prochains articles par e-mail

Abonnez-vous à notre newsletter

2 commentaires

Les commentaires sont fermés, mais vous pouvez nous contacter par mail depuis notre page A propos.