ÉconomieEntreprisesServices

François Drounau: “nous allons aider les marques de spiritueux à rattraper leur retard sur le digital”

Barriques de whisky - Spiritueux

L’agence L’Assemblage, spécialisée dans l’accompagnement marketing, RH et lean des acteurs des vins et spiritueux, développe son offre digitale avec MyBalthazar, afin de faire progresser les marques sur l’e-commerce et les réseaux sociaux.

Spécialisée dans l’outsourcing (marketing, lean, ressources humaines) pour les entreprises des vins et spiritueux, l’agence L’Assemblage, créée fin 2014 à Cognac (Charente) par François Drounau, a conclu un partenariat avec la start-up bordelaise MyBalthazar, spécialisée dans la mesure de la visibilité digitale des entreprises du secteur. Un moyen de permettre aux acteurs du secteur de comparer le résultat de leurs actions sur le Web avec leurs concurrents, et d’améliorer leur présence sur les différents médias.

“Le digital est le présent de toutes les entreprises. L’univers des spiritueux, globalement composé de PME, est en retard : sites internet, réseaux sociaux (incontournables dans la relation avec la marque)… Avec le confinement, l’e-commerce a connu une explosion et va devenir un canal de distribution à part entière. A l’exception de la période de crise, celui-ci ne cannibalise pas le réseau traditionnel et permet de générer des ventes additionnelles”, estime François Drounau.

MyBalthazar, qui s’était illustrée en élaborant un classement des châteaux bordelais sur les réseaux sociaux, compte pour sa part développer sa partie commerciale. “Les sociétés de spiritueux pourront bénéficier du service par notre intermédiaire”, poursuit François Drounau. L’algorithme donne un score à chaque marque en fonction de sa présence sur les réseaux sociaux, permet d’en voir l’évolution dans le temps, et de regarder ce qui est dit sur les marques.

Un accompagnement RH renforcé

Au-delà de cet appui digital aux marques, L’Assemblage a élargi sa palette de compétences à la gestion des ressources humaines avec l’arrivée de Guillaume Chaput, qui a travaillé durant quinze ans chez Pernod. “Les PME ont de nombreux besoins en termes de gestion des recrutements ou d’adaptation à la législation. Il faudra aussi accompagner les entreprises dans la recherche de subventions pour qu’elles puissent aller davantage à l’export ou développer leur outil de production”, précise François Drounau.

L’agence poursuit aussi ses activités en termes de marketing stratégique – repositionnements, activations, oenotourisme et spiritourisme. Un segment qui sera, pour les marques, l’un des enjeux de la reprise.

Photo: AnnBoulais/Pixabay

A propos de l'auteur
Journaliste à L'Usine Nouvelle, j'édite Business & Marchés à titre personnel depuis 2007.
Articles
A lire également
Entreprises

Comment Braastad perpétue l'innovation dans le cognac

A Jarnac (Charente), les cognacs à la marque Braastad (Etablissements Tiffon) allient tradition et innovation. Focus sur le développement de la PME
ÉconomieEntreprises

Spiritueux : comment 30 & 40 fait rayonner le savoir-faire du Calvados

30 & 40 s’est imposé comme un des embouteilleurs indépendants les plus en vue. Vincent Béjot, cofondateur, revient sur son développement et sur les enjeux d’une production locale.
ÉconomieEntreprises

Malgré la crise, les vins des Côtes de Gascogne tracent leur route

La crise affecte les ventes des vignerons de l’IGP Côtes de Gascogne. Ceux-ci ont pourtant multiplié les efforts pour croître ces dernières…