Entreprises

Avec le Strainger, le whisky Monkey Shoulder continue à se rapprocher des bartenders

1 min. de lecture
Tim Ward - Brand ambassador Monkey Shoulder

Une nouvelle passoire rétractable, le Strainger, a été lancée par les équipes du whisky Monkey Shoulder, à destination des professionnels du bar.

“Hello strainger !” Avec cette simple mention, Monkey Shoulder a invité les professionnels du bar, il y a quelques semaines, à découvrir le Strainger, un nouvel outil leur étant dédié. L’emblématique marque de whisky distribuée par William Grant & Sons, dont la France est le premier marché mondial, poursuit ses efforts autour du marché du cocktail (sa première vocation). La passoire, un strainer, destinée à filtrer les cocktails après leur passage au shaker, est rétractable. Un moyen de le glisser plus facilement dans sa mallette. “Il s’agit d’un joli pied de nez à la crise, maintenant que l’on peut de nouveau voyager”, commente Coline Dauga, cheffe de marque senior.

Strainger - Strainer (passoire) de Monkey Shoulder

Strainger – Strainer (passoire) de Monkey Shoulder

Depuis 2012, Monkey Shoulder lance un nouvel outil de bar environ tous les deux ans. Une pelle à glaçons (ice spoon), une cuillère télescopique, un shaker ou The Claw, une pince à glaçons permettant de les récupérer plus facilement, ont ainsi été proposés. “On ne se prend pas au sérieux, et nous continuons d’accompagner les besoins des bartenders”, indique Tim Ward, brand ambassador France. Sur le marché américain, un autre strainer a été commercialisé dans un pack vendu auprès du grand public, dans la foulée de l’engouement pour les cocktails à la maison, suite aux restrictions.

Smokey Monkey disponible plus largement

En France, Monkey Shoulder pousse les feux, depuis plusieurs mois, sur les cocktails à la pression, disponibles dans plusieurs bars parisiens. Les particuliers peuvent désormais se procurer le Smokey Monkey, un mélange de whiskies, dont l’un est tourbé. Il était jusqu’alors réservé aux professionnels, afin d’apporter une touche “fumée” aux cocktails.

“Le fait que je puisse faire des boissons n’importe où, rend la passoire invincible ! Pour les barmans, Monkey Shoulder est le moyen idéal d’éduquer les clients au whisky. Il ne faut pas hésiter à le travailler en cocktails”, s’enthousiasme Jody Buchuan, brand ambassador pour le marché britannique.

L’abus d’alcool est dangereux pour la santé. A consommer avec modération.

2427 articles

A propos de l'auteur
Journaliste dans la presse professionnelle, j'édite Business & Marchés à titre personnel depuis 2007.
Articles
A lire également
ÉconomieEntreprisesManagementServices

Pour recruter des managers, les bars-restaurants de Frog mettent en avant la polyvalence du métier

L’enseigne de pubs Frog recrute à Paris, Bordeaux et Toulouse. Les postes de managers sont notamment en tension.
Entreprises

Avec un nouveau cocktail au thé, Grand Marnier fait évoluer sa drink strategy

Le Grand T, un cocktail au thé simple à réaliser, incarne la nouvelle stratégie de Grand Marnier, qui a intensément travaillé, ses dernières années, sur sa présence dans les bars à cocktails.
EntreprisesIndustrie

Grâce à sa machine, la start-up Kuantom fait essaimer le cocktail sans barman

Conçue pour les établissements sans barmans attitrés, Orkestra, la machine à cocktails de la start-up Kuantom, est commercialisée depuis un an. L’aboutissement de six ans de R&D.

Recevez nos prochains articles par e-mail

Abonnez-vous à notre newsletter