Entreprises

Au Lulu White, des cocktails au whisky Monkey Shoulder pour Noël

2 min. de lecture
Bartenders au Lulu White avec des cocktails de Noel au Monkey Shoulder

Des idées de cocktails pour les fêtes, glanées au Lulu White, à Paris, avec du Monkey Shoulder – la technicité des bartenders alliée à l’accessibilité du whisky.

Pour passer l’hiver, les équipes du Lulu White, l’emblématique bar à cocktails de la rue Frochot, dans le 9ème arrondissement de Paris, et de Monkey Shoulder, le whisky dédié à la mixologie de William Grant & Sons, ont pris le parti de concevoir une carte de cocktails permettant de redécouvrir la marque à travers une offre inédite. “Nous avons voulu célébrer l’esprit de Noël, ou plutôt son mauvais esprit”, s’amuse l’équipe du bar.

Cocktail Café Brulot au Monkey Shoulder

Café Brulot

Agréable, avec ses notes torréfiées, le Café Brulot permet lui aussi de se rapprocher de l’esprit des soirées d’hiver  : Smokey Monkey (la référence de Monkey Shoulder dédiée aux bartenders), espresso martini et agave. Très réconfortant, le Monkey Nog (Monkey Shoulder classique, lait concentré sucré, boisson à base d’amandes, sucre, oeufs) illustre ainsi cette volonté. A l’opposé du Shoulderhoppin Monkeys (whisky, menthe et crème), plus punchy mais toujours aussi doux grâce à ce dernier ingrédient. Le Monkey Cider allie pour sa part du jus de pomme, de la cannelle, de la noix de muscade, du cidre et du sirop d’érable. Il est préparé comme un mule.

Auprès du grand public, Monkey Shoulder suggère notamment la réalisation d’un “lazy” old fashioned (whisky, sirop de sucre, bitter Angostura, zeste et twist d’orange) ou du Ginger Monkey (whisky, gingembre, orange). La marque a par ailleurs déployé des installations permettant, dans plusieurs bars parisiens, de réaliser des cocktails à la pression. Ceux-ci peuvent être gazéifiés.

L’hiver au Cambridge Public House

The Cambridge Public House - Cocktail RDN Club The Cambridge Public House - Cocktail Baila Bolero

Dans le 3ème arrondissement de Paris, The Cambridge Public House a organisé, fin décembre, une double action de charité avec la possibilité d’offrir un cadeau pour des enfants, par l’intermédiaire d’une association (Un cadeau pour la vie), et de participer à une tombola. Une belle initiative de la part de l’équipe du bar. Côté cocktails, la saisonnalité sera toujours de mise lors de la réouverture, le 3 janvier. En création unique, avant la fin de l’année, le Cambridge RDN Club (sirop de camomille, baies roses, cognac, eau pétillante), plus léger et moins pétillant qu’un mule, était proposé. A découvrir à la réouverture en janvier, le Baila Bolero : jasmin, poire, crème de poire, vodka. Sa texture est très crémeuse.

L’abus d’alcool est dangereux pour la santé. A consommer avec modération.

2425 articles

A propos de l'auteur
Journaliste dans la presse professionnelle, j'édite Business & Marchés à titre personnel depuis 2007.
Articles
A lire également
EntreprisesIndustrie

Grâce à sa machine, la start-up Kuantom fait essaimer le cocktail sans barman

Conçue pour les établissements sans barmans attitrés, Orkestra, la machine à cocktails de la start-up Kuantom, est commercialisée depuis un an. L’aboutissement de six ans de R&D.
Entreprises

Avec le Strainger, le whisky Monkey Shoulder continue à se rapprocher des bartenders

Une nouvelle passoire rétractable, le Strainger, a été lancée par les équipes du whisky Monkey Shoulder, à destination des professionnels du bar.
Entreprises

Santa Teresa se rapproche des bartenders pour refaire découvrir les subtilités de son rhum

Benjamin Nolf, brand ambassador, pilote la déclinaison parisienne du City Solera, un programme lancé par Bacardi-Martini pour refaire découvrir Santa Teresa aux professionnels du bar.

Recevez nos prochains articles par e-mail

Abonnez-vous à notre newsletter