Aller au contenu

IceRoll mise sur la franchise pour développer ses glaces roulées

Retour sur l’actu des start-up. Les crèmes glacées roulées d’IceRoll vont se développer en franchise, suite à une levée de fonds et une importante campagne de communication.

En mai 2015, Business & Marchés s’intéressait à IceRoll, une start-up parisienne qui entend bousculer le marché de la crème glacée grâce à un système innovant de cuisson sur plaque. Son fondateur, Quentin Bourdonnay, revient sur l’actualité de l’entreprise.

Comment a évolué l’activité d’IceRoll depuis son lancement effectif, et depuis l’interview?

Quentin Bourdonnay — Nous avons réalisé une levée de fonds de 285K€ en avril 2016. Depuis la fin du mois de mai,  nous avons réalisé une campagne de communication avec de grands médias nationaux qui a apporté beaucoup de visibilité pour notre marque. Cela a boosté l’offre événementielle. En parallèle, nous avons reçu plus de 300 demandes de franchises en deux mois.

Quels éléments de votre business model ont été validés, et quelles modifications avez-vous opéré?

Nous avons développé l’équipe événementielle (prestation de services) et, suite aux nombreuses demandes, nous avons travaillé sur l’offre iceRoll Family. Il s’agit d’un nouveau concept de franchise où nous proposons le stand iceRoll pour des corners en centre commerciaux, en boutiques ou événements. Suite à cela nous avons signé une vingaine de franchisés basées un peu partout dans le monde dont le Koweït, Barcelone, l’Ile de la Réunion, en Suisse et France. De plus nous travaillons avec Thierry Marx au mandarin oriental pour le brunch du dimanche. Nous avons aussi ouvert à Paris un pop-up store de mai à septembre. L’objectif était d’avoir un point fixe pour présenter notre concept à nos partenaires, aux potentiels franchisés et au grand public.

Comment souhaitez-vous vous développer?

Nous avons pour ambition de créer un réseau solide de partenaire pour développer la marque sur toutes les zones stratégiques (Europe, Moyen Orient et État Unis). Nous devrions terminer l’année avec une cinquantaine de partenaires, avec l’idée d’en ouvrir une centaine en 2017.

Publié dansEconomieEntreprisesIndustrie