Aller au contenu

Craft et cocktails, tendances phares du Rhum Fest 2016

Recettes anciennes ou plus modernes et cocktails à profusion : focus sur les tendances phares de l’édition 2016 du Rhum Fest, le « printemps du rhum » parisien.

Troisième eau de vie consommée au monde, le rhum s’est offert une nouvelle édition du salon Rhum Fest, organisé du 2 au 4 avril à Paris. La célèbre boisson ne laisse pas indifférent, à en juger l’affluence lors du premier jour de l’événement, à guichets fermés. Les grandes marques s’y sont mêlées aux indépendants, à l’instar des Bienheureux. Ce producteur et distributeur français propose notamment la cachaça Parati, fabriquée à l’aide de bois exotiques, et l’El Pasador de Oro, un rhum XO du Guatemala.

Depuis Copenhague (Danemark), Ekte Spirits, crée en juillet 2015, arbore une gamme de cinq rhums, doublée d’une « édition limitée » de six références, nommées par leur numéro, en flacon de couleur noire. « Dévoiler ces boissons nobles et énigmatiques pour les années a conduit à une enquête sans relâche en matière de compréhension des saveurs et de qualité », explique son fondateur, Daniel Antonio Nunez Bascunan. Mis à l’honneur lors du Rhum Fest, le Dark & Aged (38%) se distingue par ses subtiles notes de vanille et de caramel.

Entre tradition et modernité

Avec plus de 300 ans d’histoire au compteur, Mount Gay Est. 1703 table pour sa part sur ses grands classiques, parmi lesquels le Silver, avec une « harmonie douce et équilibrée entre le sirop de sucre de canne et la banane », en plus de notes de menthe et d’agrumes. Avec ses bouteilles au design contemporain, Shack Rum joue la carte de la modernité, même s’il se base sur une recette haïtienne des années 1940. Les références, distribuées en France par Cave Bruant, mélangent des rhums élaborés à partir de mélasse de canne à sucre, vieillis cinq ans en fûts de chêne.

Toujours plus de cocktails

Autre référence à signaler lors cette édition 2016 du Rhum Fest, Sagatiba, fabriqué à partir de canne à sucre fraiche et commercialisé par Rothschild France Distribution, était servi pur ou en cocktail, tout comme la gamme de Bacardi, dont le 8 ans pouvait être dégusté au moyen d’un Old fashioned. Un bar portait également le nom de ce célèbre cocktail (rhum, sucre, bitter) et proposait quatre cocktails à base de sirop Monin. Présente lors du dernier Sandwich & Snack Show, la marque surfait ici sur l’engouement pour la mixologie avec le « sunny storm », un cocktail composé de sirop de rhum, de sirop de falernum, de citron vert et de ginger beer.

L’abus d’alcool est dangereux pour la santé. A consommer avec modération.

Publié dansEconomieEntreprisesIndustrie