Aller au contenu

Tonics : 3 gammes de mixers pour réussir vos cocktails

On n’arrête plus l’essor du tonic ! Aux côtés de Fever-Tree ou de Lamb & Watt, Royal Bliss, The London Essence et Three Cents se frayent un chemin. Reportage au salon Cocktails Spirits.

Avec davantage de surface au Palais de Tokyo, à Paris, et des allées qui n’ont pas désempli, la première journée de la douzième édition du salon Cocktails Spirits, dédié à l’univers du bar, dimanche 26 mai, a été résolument tonique. Ou tonic, si l’on se fie à la représentation grandissante de ces eaux gazeuses à base de quinine. Sur ce marché de niche, à chacun ses atouts. « Nous disposons d’une marque déjà connue dans plusieurs pays, d’une bouteille plus premium, et de l’expérience de la distribution de Finley », revendique Sébastien Jametti, marketing manager pour Les Assoiffés.

Derrière ce nom se cache une intra-entreprise de Coca-Cola, conçue sous forme d’un incubateur de 8 personnes, en charge du lait végétal Adez, du capuccino El Moca, des boissons bio Honest et, donc, de Royal Bliss. Cette gamme de cinq premium mixers lancée il y a trois ans en Espagne se décline en tonic, ginger ale, ginger beer, tonic yuzu et avec un étonnant Bohemian Berry sensation, « qui allie des notes de baies sauvages et des arômes de fruits à noyaux » selon la marque. Les bouteilles de 200 ml sont destinées au circuit CHR.

Pour présenter les usages de ces mixers, Royal Bliss a notamment fait appel à Guillaume, l’un des barmans du bar parisien Les Passerelles, pour préparer des cocktails – en photo, du gin Monkey 47, sirop de citronnelle, jus de citron vert puis, après un passage au shaker, le Bohemian Berry. En parfum, de l’eau de rose… et, pour une sélection de visiteurs, la possibilité de découvrir l’univers de la marque en petit comité, dans une box réservée à la marque.

En Grande-Bretagne…

The London Essence - Cocktails Spirits 2019

Portée par le groupe Britvic, la marque The London Essence Co. n’a, elle aussi, que trois ans au compteur, mais a déjà conquis de nombreux bars. Une entreprise, créée en 1896 à Londres, était spécialisée dans les huiles essentielles et les arômes. « En utilisant la distillation plutôt que l’extraction, elle a créé des essences délicates et raffinées pour les industries de la parfumerie, de la confiserie et des boissons », précise la marque, relancée 120 ans plus tard. Le recours à des distillats, un taux de sucre inférieur à 4 grammes pour 100 ml, ainsi qu’une bulle très fine caractérisent aujourd’hui la gamme de mixers.

Les références Classic London (tonic water) et Spiced (ginger beer) constituent les best-sellers de The London Essence Co., aux côtés d’une ginger ale, de sodas et de tonics pamplemousse/herbe de romarin et orange bitter/fleur de sureau. Jesus Ortega Neri, brand ambassador, initie les barmen à l’usage de ces produits. En cocktail sans alcool, le Rasperry & rosemary highball combine un shrub de mandarine et framboise et le tonic grapefruit & rosemary. L’offre est disponible depuis un an en France, à destination du circuit cafés-hôtels-restaurants.

…et en Grèce

Three Cents (Cocktails Spirits 2019)

Le distributeur strasbourgeois Hedon Distribution pousse les feux sur Three Cents, qui a développé une offre de dix références en l’espace de quatre ans. Créée par trois bartenders grecs et un spécialiste du marketing, la marque s’était déjà exportée dans vingt pays en 2017. Ils ont souhaité se lancer du côté des fournisseurs après avoir effectué de multiples recherches pour lancer un soda au pamplemousse.

Le Pink grapefruit soda et, au rayon des nouveautés, le très surprenant Cherry soda figurent parmi les produits incontournables de la gamme. «Nous pensions que nous finirions par vendre un produit juste pour nos amis », s’amusent les fondateurs. Nul doute que leur cercle s’élargira encore après le salon.

Publié dansEconomieEntreprises