Aller au contenu

Sandy : de fortes conséquences sur l’activité économique

Les assureurs et les autorités réévaluent en permanence leurs estimations sur le coût des dommages provoqués par le passage de l’ouragan.

L’annulation du marathon de New York, qui apparaît comme l’événement médiatique du week-end écoulé, représente la partie émergée des nombreuses conséquences du passage de l’ouragan Sandy, le relogement de nombreux sinistrés et les difficultés d’approvisionnement en électricité constituant les préoccupations majeures.

Les nombreuses estimations du coût de la catastrophe pour les assureurs américains sont régulièrement réevaluées à la hausse depuis jeudi, ceux-ci étant notamment en phase de négociations dans le cadre des tarifs de la réassurance. Le cabinet Eqecat évoque une fourchette de 10 à 20 milliards de dollars à la charge des assureurs, ceux-ci disposant de marges de manœuvre certaines en raison de l’absence d’importantes catastrophes au cours de l’année.

Ces chiffres se situent dans la lignée de ceux communiqués par Munich Re à propos de l’ouragan Katrina. Le réassureur allemand a avancé en 2011 le chiffre de 62,2 milliards de dollars de pertes assurées relatives à cette catastrophe, Ike (2008, 18,5 milliards de pertes assurées), Andrew (1992) et Ivan (2004) faisant également partie des ouragans les plus importants en termes de dommages occasionnés.

Un impact fort sur l’activité des entreprises

Les conséquences de l’ouragan Sandy dépassent le cercle des professionnels de l’assurance. Selon l’agence Moody’s Analytics, le coût total de la catastrophe pourrait dépasser les 50 milliards de dollars, son chef économiste Mark Zandi ayant expliqué que « chaque jour d’activité perdue représente une perte d’environ 8 milliards de dollars ».Dans l’Etat de New York, les pertes économiques pourraient osciller entre 15 et 18 milliards, selon le contrôleur des comptes.

Pénalisant l’activité, l’ouragan a notamment endommagé de nombreuses infrastructures, dont la reconstruction pourrait permettre de limiter d’en limiter l’impact économique. La fermeture d’axes de communication, tels le métro pour une période temporaire ou des tunnels, entre en ligne de compte, ainsi que l’annulation de plus de 11.000 vols, ce chiffre ayant été estimé avant le passage de Sandy. Les échanges boursiers ont été interrompus deux jours durant sur le New York Stock Exchange et le Nasdaq.

« Nous allons faire en sorte que vous obteniez de l’aide aussi vite que possible », a déclaré le président sortant Barack Obama a des sinistrés : les milliers de cas individuels sont autant de marqueurs de l’impact de l’ouragan, et focalisent l’attention sur l’action des autorités. Un élément il se soucie à l’heure d’une élection à l’issue toujours floue.

Publié dansEconomiePolitique éco

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire