Aller au contenu

Pour Chefing, “la cohésion des équipes en entreprise sera l’enjeu de la reprise”

La start-up Chefing, spécialisée dans la conception d’événements pour les entreprises, promeut le réengagement des collaborateurs lors des retours au bureau.

Créé en 2017, Chefing organise des événements pour ses entreprises clientes. « C’est le moment où ils vont pouvoir faire passer des messages, engager les clients, accueillir les partenaires… », souligne Isabelle Spiri, directrice associée de la stratégie. La start-up (45 salariés), qui promet de développer l’engagement des convives au moyen d’expériences conçues sur-mesure, travaille avec un réseau d’une quarantaine de chefs indépendants, et une soixantaine de barmans, commis… qui interviennent ponctuellement. Elle doit aujourd’hui préparer l’après-confinement.

« Nos clients ont conscience que l’événement interne sera un enjeu à la rentrée : quand on met des gens en télétravail, au chômage partiel… de retour au bureau, ils auront besoin de cette complicité. Le réengagement des équipes sera plus que jamais l’enjeu de la reprise. Il va falloir décompresser : beaucoup de gens sont seuls, anxieux… Il faudra aussi retrouver l’envie de travailler ensemble. L’entreprise aura un vrai rôle à jouer en sortie de crise, pour recréer du lien », estime Isabelle Spiri.

Pour appuyer ce discours, l’entreprise a modifié son site internet, mis à contribution ses réseaux sociaux, ses newsletters, ainsi que son équipe commerciale. Chefing engendre actuellement des commandes pour le troisième trimestre. Pour rassurer ses clients, elle a modifié ses conditions de vente, créant une offre totalement annulable et remboursable. Une politique qui permet aussi à Chefing de sortir progressivement ses effectifs du chômage partiel.

“La cascade d’annulations et de reports a été très violente”

Les commerciaux de la start-up ont été aux premières loges de l’accélération des craintes liées à l’essor du coronavirus, suivie du resserrement progressif des règles et du confinement. « Cela a commencé fin février/début mars sur les événements où étaient attendus des convives étrangers. Ils ont commencé à être plus restreints, avec une diminution du nombre de participants. Quand les premières annulations sont tombées, nous avons été pris de court. L’équipe commerciale a pris la température, et encouragé les clients à prendre la décision de mettre en stand-by leurs événements. Cela nous a aussi permis d’avoir le temps de nous retourner, au maximum, vers nos prestataires », explique Isabelle Spiri.

« Ensuite, cela a été très violent : du 1er au 15 mars, nous avons enregistré une cascade d’annulations à hauteur de 75%. Il y a eu environ 80% de reports : nous avons de la chance d’avoir des clients qui comprennent tout l’intérêt de l’événementiel. Sur le peu d’événements déjà lancés, les denrées produites ont été remises à des associations avec notre partenaire Savr », poursuit la responsable. Les commerciaux ont ensuite convaincu les derniers clients de reporter les prestations prévues : « quand on parle de santé publique, il faut prendre rapidement l’importance du sujet. »

En attendant de contribuer à « renforcer la culture d’entreprise » sous forme d’afterworks, Chefing propose pour l’heure, sur son site, des conseils pour stimuler la cohésion d’équipe en télétravail. Au programme : des petits-déjeuners sous forme de partage de photos, des séances de sport filmées ou des apéritifs hebdomadaires.

Publié dansEconomieEntreprisesManagement

Commentez cet article sur nos réseaux sociaux