Aller au contenu

Planète Bière veut davantage rapprocher les acteurs du secteur

Avec davantage de craft et de brasseries européennes, le salon de dégustation Planète Bière, organisé les 26 et 27 mars à Paris, compte s’imposer comme l’événement clef du secteur.

Pour lancer la troisième édition de Planète Bière, les organisateurs du salon, Philippe Jugé et Franck Poncelet, via leur société Amuse-Bouche, ont choisi les locaux de BapBap, dans le 11ème arrondissement de Paris. Cette brasserie artisanale, qui participera pour la première fois au salon, symbolise l’ouverture réalisée en direction de la scène craft, avec la Brasserie de l’Etre (19ème arrondissement), Gallia (Seine-Saint-Denis), Parisis (Seine-et-Marne) ou la Brasserie de la vallée de Chevreuse (Yvelines). Mélusine (Vendée), la Brasserie du Mont-Blanc (Savoie) ou les brewpubs Ninkasi (Rhône) seront également présents.

«Sur un total de 90 brasseries, nous comptons 15 nouveaux exposants. Nous souhaitons toujours réunir l’ensemble des acteurs de la bière, artisanaux et grands groupes», précise Philippe Jugé. Le 26 et le 27 mars, respectivement pour une journée grand public et une journée professionnelle, 500 bières seront en dégustation dans les salons du Tapis rouge, dans le 10ème arrondissement de Paris, selon une mise en scène bien rodée – salles thématiques avec échange systématique de verres, verrerie dédiée, conférences et animations – que l’on peut également retrouver à France Quintessence (sur les spiritueux, en septembre) ou dans la nouvelle version du Paris cocktail festival (en novembre).

Nouvelles brasseries, nouveaux produits

Pour son nouveau «brassin», selon la formule consacrée, Planète Bière accueillera davantage de brasseries belges (Chimay, Bourgogne des Flandres, St Stefanus, Lindemans…) et d’acteurs européens (Eggenberg pour représenter l’Autriche, Peroni pour l’Italie, Crew Republic pour l’Allemagne, De Molen pour les Pays-Bas…) Autant de moyens de répondre «à une demande toujours aussi soutenue pour la bière, avec des acteurs qui proposent des produits toujours plus étonnants et, dans le même temps, structurent davantage leurs gammes», indique Philippe Jugé. «L’IPA (India Pale Ale) est devenue un passage obligé pour les brasseries, ce qui sera bientôt le cas des sour (des bières acides ou aigres, ndlr)», poursuit-il.

Cet essor de nouveaux produits s’accompagne d’un renouveau des liens entre la bière et la gastronomie, caractérisé cette année par l’intervention du chef étoilé Florent Ladeyn (ex-«Top Chef»). La Brewers Association, première association de brasseurs au monde avec 2400 membres aux Etats-Unis, fera un point sur le phénomène craft outre-Atlantique, avec des quantités de référence sans commune mesure avec celles en vigueur en France. Distribuée en France par House of Beer (Carlsberg), Brooklyn Brewery, qui fait une percée remarquée sur le marché, sera de nouveau de la partie.

Des dégustations en groupe

Ce programme doit permettre à Planète Bière de mieux coller aux attentes d’un public toujours «hyper-averti» (avec un prix d’entrée de 25 euros) mais qui se diversifie : «les visiteurs viennent de plus en plus souvent accompagnés», observe Philippe Jugé. La grille tarifaire s’appliquant aux groupes a été adaptée (17 euros). Pour les passionnés, un dîner, dont le programme est en cours d’élaboration, sera aussi organisé en amont du salon.

Publié dansEconomie