EntreprisesServices

Pass sanitaire, jauges, traiteurs: comment retournerez-vous dans les foires et salons

2 min de lecture
Micro dans une foire

Les congrès, foires et salons pourront reprendre leur activité, avec de nouvelles conditions, dont l’obligation du recours au pass sanitaire au-delà de 1000 personnes.

Les parcs des expositions vont enfin pouvoir de nouveau accueillir des événements. Certains événements (Maison & Objet, par exemple, en septembre à Villepinte) ont déjà été confirmés. A partir du 30 juin 2021, le protocole sanitaire publié par le gouvernement relatif aux congrès et séminaires d’entreprises, ainsi qu’aux foires et salons, fait état de 100% de la capacité des établissements recevant du public.

Les salariés du site, des prestataires, de l’organisation, des exposants ainsi que les intervenants ne seront pas pris en compte dans le calcul de la jauge de 1000 visiteurs ou congressistes (par hall d’exposition, ou par espace selon qu’il s’agisse de foires-salons ou de congrès), au-delà de laquelle s’applique le déclenchement du recours au pass sanitaire, “obligatoire”. En intérieur comme en extérieur, le port du masque, à partir de l’âge de 11 ans, sera lui aussi requis (une recommandation s’applique à partir de 6 ans).

Le pass sanitaire obligatoire au-delà de 1000 personnes

Des informations liées à la fréquentation et à l’historique d’affluence devront être diffusées avant et pendant l’événement. La dématérialisation des flyers et catalogues est recommandée. Un référent Covid-19 devra être désigné non seulement par chaque organisateur de foire, salon ou congrès, mais aussi par chacun des exposants et prestataires. Les jauges maximales de chaque lieu devront faire l’objet d’un affichage,

Du 9 au 29 juin, les jauges applicables varient selon les lieux et types d’événements : 65% de l’effectif d’un établissement recevant du public pour les congrès et séminaires (qui se dérouleront en configuration assise) et 5 000 personnes maximum simultanées par équipement. Pour les foires et salons, la jauge s’élève à 50%. Au-delà de 1000 personnes, le pass sanitaires est de mise. 35% de l’effectif admissible, avec un maximum de 800 personnes, peut être accueilli du 19 mai au 8 juin.

Des repas bientôt en format debout

Pour les traiteurs de l’événementiel, le protocole sanitaire dispose, à compter du 30 juin, que la consommation en station debout sera possible en extérieur ou sous chapiteaux sans cloisons, mais qu’aucun plat ou assiette ne pourra donner lieu à de mélange des aliments entre plusieurs convives. Entre les tables, il est fortement recommandé de procéder à l’installation de parois de faible hauteur. Quelque soit la phase de déconfinement, à table, comme au restaurant, le masque devra être porté par les convives jusqu’au service du premier plat.

Du 19 mai au 29 juin, seuls six convives pourront prendre place à une même table. A compter du 9 juin, un cahier de rappel papier ou numérique devra être accessible dans les établissements. A cette même date, consommation en extérieur sera possible sans jauge, tout comme la consommation dans un chapiteau sans cloisonnements latéraux. Du 19 mai au 8 juin, seule la consommation à l’extérieur sera possible, à l’air libre, avec une jauge de 50%.

2496 articles

A propos de l'auteur
Journaliste dans la presse professionnelle, j'édite Business & Marchés à titre personnel depuis 2007.
Articles
A lire également
EntreprisesServices

Les smash burgers de Junk passent de la livraison au vrai point de vente, à Paris

Le groupe In My Belly conçoit des plats pensés pour la livraison et la vente à emporter. Sa marque Junk, dédiée aux smash burgers, s’essaie au take away physique, à Paris.
EntreprisesServices

A 10 ans, La Fabrique givrée continue à concilier glace et pâtisserie malgré l’inflation

Si La Fabrique givrée n’exclut pas de relever certains de ses prix, l’enseigne ardéchoise spécialisée dans les glaces, qui fête ses dix…
Entreprises

Pourquoi les produits d'épicerie fine ont toujours le vent en poupe

Malgré l’inflation, l’épicerie fine a le vent en poupe. 94% des Français perçoivent ces aliments comme des “produits de luxe”, d’après une étude réalisée pour Gourmet Sélection. Ce salon professionnel, organisé mi-septembre, a réuni 338 entreprises et marques. La preuve du dynamisme du marché, observe Jean-Gabriel Mollard, directeur marketing et communication du pôle food B2B de Comexposium.

Recevez nos prochains articles par e-mail

Abonnez-vous à notre newsletter