Aller au contenu

A Paris, comment le Hard Rock Cafe se relance

Nouveaux menus, carte des vins refondue, marketing repensé : le Hard Rock Cafe Paris applique à toute allure son plan de relance.

Il y a du nouveau au Hard Rock Cafe Paris. Cette institution des grands boulevards depuis son ouverture en 1991, boulevard Montmartre, met un point d’honneur à poursuivre son plan de relance, malgré quelques accros comme les grèves dans le secteur ferroviaire au printemps mais – aussi – des points plus réjouissants comme la Coupe du monde de football. En 2017, le chiffre d’affaires du restaurant a progressé dans une fourchette comprise entre 12% et 17%. L’objectif reste de reconquérir le marché local, pour rééquilibrer la fréquentation entre les clients franciliens et les clients internationaux. En 2016, les ventes avaient accusé une baisse de 14% dans la foulée des attentats.

L’entreprise (150 personnes) mise en premier lieu sur l’évolution de sa carte. Une offre spécifique de boissons a ainsi été mise en place sous la houlette du general manager Eric Deladiennee. « Il s’agit d’un voyage de la Nouvelle-Zélande à l’Espagne. Nous avons une offre unique chez Hard Rock », s’enorgueillit William Vincent, directeur commercial et marketing. Le champagne Dom Perignon a succédé aux produits de Nicolas Feuillatte. Les vins du Languedoc du Château L’Hospitalet (Gérard Bertrand) ont fait leur apparition, tout comme du vin bio et vegan (Château Rioublanc, en Gironde). Lancée en novembre 2017, cette offre fait l’objet de formations au vin auprès des serveurs.

Guiness & bacon Jam Cheeseburger - Hard Rock Cafe Paris
Guinness & bacon Jam Cheeseburger – Crème de bacon Jameson et sauce au fromage à la Guinness

La carte du Hard Rock Cafe Paris a aussi évolué sous la houlette du groupe. A contre-courant de la tendance, l’offre de burgers s’est resserrée autour de sept produits contre dix auparavant. Un burger végétarien (Black bean & quinoa burger) est apparu (haricots noirs, mais, quinoa, dés de poivrons rouges, bun toasté au guacamole). Une carte sans gluten est disponible. Très apprécié en restauration commerciale, le pulled pork est mis à l’honneur en burger – « s’il nous en manque, on est mal », avoue William Vincent face au succès de ce plat. Des tests quotidiens sur la connaissance des produits sont réalisés auprès de l’équipe, qui a été avisée des changements en avril-mai pour un lancement en juin, avant d’autres évolutions en novembre.

Davantage de communication et de corporate

Pour fidéliser ses clients, le Hard Rock Cafe Paris s’est doté d’une carte de fidélité « Corporate », destinée aux nombreux employés qui travaillent dans les alentours. 15% de réduction peuvent être appliqués pour cette clientèle – un programme spécifique à l’établissement parisien, qui estime sa fréquentation du midi à 70% française (hors périodes de congés) et équilibrée le soir. Un plat du jour, aux inspirations américaines et françaises, a été instauré, accompagné de formules déjeuner « agressives » allant de 11,90 à 15,90 euros.

Café spécial Iced Caramel
Café spécial Iced Caramel

Le nerf de la guerre est, en effet, de faire venir et de faire revenir les clients. Le Grand Rex, à quelques pas; le musée du parfum de Fragonard (près de l’Opéra) et prochainement de grandes enseignes permettront de capter de nouveaux consommateurs. De plus, la communication a changé avec des messages alternativement diffusés en français et en anglais sur les réseaux sociaux selon les cibles, depuis janvier 2017. En un an, 3000 nouveaux followers ont été recrutés sur Facebook. Les city guides référencent désormais l’établissement, « ce qui aide énormément ». Dès septembre, le magazine « Rolling stone » organisera des sessions live sur place, tandis que des partenariats radio avec RTL 2 ont été développés, tout comme le sponsoring de l’équipe de France de football américain.

Les fondamentaux du bar demeurent toutefois : l’happy hour enregistre une croissance continue grâce à une remise à plat de son offre (50% de remise et des plats à partager), tandis que la boutique représente toujours 45% des ventes avec ses produits iconiques. Sur le segment professionnel, les objectifs de 2018 ont, eux, été atteints en six mois. « Il fallait rebooster la machine », souffle William Vincent. En un an, la feuille de route a été tenue. La quinzaine de serveurs supplémentaires recrutés pour la saison estivale va devoir se mettre à la tâche…

Publié dansEconomieEntreprisesServices