Aller au contenu

Le Paris cocktail festival veut démocratiser la mixologie

Du 25 au 27 novembre, le Paris cocktail festival souhaite démocratiser la mixologie avec un salon, des événements originaux et des intervenants spécialisés.

« Il y a toujours eu deux freins au cocktail : l’équipement et les ingrédients. Aujourd’hui, tout est réuni pour que ce phénomène prenne plus d’ampleur », résume Fernando Castellon, consultant en métiers du bar et créateur du Paris cocktail festival. Après avoir organisé ce salon spécialisé entre 2012 et 2015, il accompagne aujourd’hui l’équipe d’Amuse-Bouche, qui a racheté l’événement pour le redévelopper, du 25 au 27 novembre à Paris.

Dans la cuisine d’un appartement parisien, le barman Sébastien Ganz (photo) réussit la prouesse de réaliser de nombreux cocktails sans pour autant bénéficier de l’infrastructure d’un établissement spécialisé. Il illustre l’état d’esprit du salon : « nous souhaitons réellement démocratiser le cocktail, qui peut être réalisé et dégusté à domicile, avec une verrerie basique et des produits variés », explique Philippe Jugé, qui co-organise également avec Franck Poncelet les salons Planète Bière et France Quintessence, autour des spiritueux français.

« Tout le monde sait faire un mojito, le spritz se trouve très souvent sur les terrasses des brasseries… Le cocktail doit descendre des bars pointus vers les brasseries de passage », précise Franck Poncelet. Pour ce faire, « l’objectif est de proposer un festival, avec une population qui se mélange, plusieurs animations et plusieurs lieux », annonce Philippe Jugé.

Un salon de dégustation…

L’épicentre des festivités du Paris cocktail festival aura pour théâtre l’Elysée Montmartre  (18ème arrondissement), salle de concert restaurée après l’incendie survenu en 2011. Dimanche 27 novembre, 50 marques et producteurs proposeront 100 cocktails à la dégustation, selon des principes éprouvés par Amuse-Bouche – verrerie spécifique, scénographie et comptoirs signés Ecce Gusto, crachoirs… « Nous mettons des conditions propres à la dégustation, avec des bacs à glace et des mini-doses, complétées par deux grands cocktails servis au moyen de jetons », précise Franck Poncelet, qui compte placer l’événement sous le signe de la consommation responsable.

A l’instar de Planète Bière et de France Quintessence, l’après-midi sera ponctuée par des conférences (sur la gentiane, qui nécessite jusqu’à 20 ans pour être cueille ; sur le renouveau du cocktail à Paris, Lyon et Bordeaux ; sur l’état du marché entre Paris et d’autres capitales ; et autour des produits) ainsi que par des ateliers. « Le cocktail a été réamorcé à New York et à Londres au milieu des années 1990, puis dans les années 2000 à Paris, sans le mot ‘‘glacier’’ lui étant accolé », souligne Fernando Castellon.

…et des événements répartis dans la capitale

« Le salon veut recentrer le cocktail sur la qualité, ce n’est pas seulement un prétexte pour se retrouver », complète Franck Poncelet. Il n’empêche, la convivialité doit être de mise, selon les organisateurs, lors du dîner des épicurieux organisé vendredi 24 novembre chez Dersou, un restaurant du 12ème arrondissement qui proposera ce soir-là un menu construit autour des cocktails pour 30 personnes, sur réservation. Le 26 novembre, Fernando Castellon animera quant à lui un circuit en bus autour des hauts lieux du cocktail dans la capitale, sous le signe de l’histoire. « En 1920, Lancel vendait des coffrets, et en 1929, la Maison du cocktail vendait des bars d’appartement », rappelle l’historien du cocktail.

Dans le 17ème arrondissement, le Club de l’Etoile mettra pour sa part sa salle de cinéma à profit pour projeter, les 24 et 25 novembre, le film Cocktail (1988) de Roger Donaldson en compagnie d’un barman reproduisant les boissons y étant mises à l’honneur, tandis que l’exploitant du lieu proposera une programmation dédiée à l’univers du cocktail tout au long du week-end. « On incite à la création d’événements autour du Paris cocktail festival, que nous agrégerons sur notre site », insiste Franck Poncelet. Plusieurs bars lanceront ainsi des opérations de guest bartending.

Pour les amoureux de Paris ou les aventuriers, un « rallye du cocktail » sera enfin organisé samedi 27 novembre sous la houlette de Déborah Rudetzki, qui propose des « courses gourmandes » avec 7 Somewhere. « L’idée est de proposer des jeux autour de la glace, ou en apprenant à shaker, par exemple », indique-t-elle. A travers ce concept tout-terrain, le Paris cocktail festival nouveau « correspond à une volonté de mettre en place une plateforme », ajoute Fernando Castellon.

Publié dansEconomieEntreprisesServices