ÉconomieEntreprisesServices

Otodeck veut digitaliser les auto-écoles

Conduite sur la route

La start-up lyonnaise Otodeck proposera, dès le 15 mars, un logiciel en ligne permettant aux auto-écoles de digitaliser leurs processus de vente et de gestion. Son cofondateur, Quentin Jacquet, répond aux questions de Business & Marchés.

Quel constat vous a incité à créer Otodeck?

Quentin Jacquet – Le secteur du permis de conduire a connu beaucoup de changements ces deux dernières années avec l’apparition d’auto-écoles en ligne et les plateformes de mise en relation telles qu’Ornikar ou encore Lepermislibre. Dans ce contexte de transformation digitale, les auto-écoles traditionnelles peinent à rivaliser faute de moyens pour communiquer et moderniser leurs outils.

Quelle solution proposez-vous?

Les auto-écoles classiques maîtrisent leur métier, elles ont simplement besoin d’une solution qui permette de mettre en avant leur(s) agence(s) sur le web et donner de l’autonomie à leurs candidats dans la gestion de leur formation. Lors de l’apparition d’Uber, aucune solution innovante n’a été proposée aux taxis pour faire face à cette nouvelle concurrence. Aujourd’hui, nous souhaitons apporter cette solution innovante aux auto-écoles dans un secteur qui vit une transformation similaire. Concernant les taxis, l’Etat a ensuite créé une application Le.taxi pour apporter une solution innovante ; avec Otodeck, nous prenons les devants.

Comment accompagnez-vous les auto-écoles dans leur transformation digitale?

Nous mettons tout d’abord à disposition gratuitement un outil de gestion performant, beaucoup plus intuitif, moderne et ergonomique que ce qu’il y a sur le marché actuellement. Cet outil, disponible sur tous les terminaux (mobile, tablette, ordinateur), va permettre à l’auto-école de dématérialiser la totalité de son activité et de simplifier la vie des gérants, des moniteurs et celle des candidats qui pourront gérer leur formation en ligne 24 heures sur 24. La deuxième étape de la transformation digitale est développée autour de la plateforme de vente en ligne qui permet tout d’abord à toutes les auto-écoles d’avoir une présence sur le web gratuite, mais également de vendre leurs prestations à n’importe quelle heure. Rassembler les auto-écoles sur une seule et même plateforme nous permet de mutualiser les efforts marketing et leur offre une visibilité incomparable.

Un logiciel gratuit

Quels services offrez-vous par rapport aux logiciels de gestion et aux services de création de sites web?

Notre logiciel rassemble la vente et la gestion. Otodeck propose une gestion en ligne pour tout le monde (candidats, moniteurs, gérants). La majorité des solutions proposés aujourd’hui sont commercialisées sous le modèle obsolète d’achat de logiciel (entre 490 et 990 € par agence), puis facturation de l’installation, la maintenance, l’assistance et des mise à jour. Le logiciel est proposé en mode SaaS (Software as a Service). Les mises à jour sont gratuites et se font de façon automatique. L’assistance sera elle aussi gratuite. De plus, nous nous occupons de la migration de données depuis leur logiciel actuel.

Quel est votre modèle économique et quels sont vos objectifs de développement?

Le logiciel est mis à disposition gratuitement. Nous monétisons notre solution grâce à des commissions prélevées sur chaque vente effectuée depuis la plateforme de vente (« marketplace »). Notre objectif de développement premier est de travailler sur notre produit et le retour de nos utilisateurs afin d’améliorer ces fonctionnalités car il sera le moteur de notre croissance. En termes de chiffres, nous visons l’acquisition de 20% des auto-écoles de France sur la plateforme d’ici 2020. Nous envisageons un développement vers d’autres pays d’Europe dès 2017.

Photo: The road to success par Shutterstock/Ambrizinio

A propos de l'auteur
Journaliste à L'Usine Nouvelle, j'édite Business & Marchés à titre personnel depuis 2007.
Articles
A lire également
ÉconomieEntreprisesServices

Comment la start-up Supli rapproche les fournisseurs de leurs clients restaurateurs

Digitaliser les catalogues des fournisseurs pour faciliter les commandes des restaurateurs, telle est l’ambition de la start-up Supli, qui poursuit son développement.
ÉconomieEntreprises

Mafana, le rhum à base de brèdes en mode start-up

En trois ans, le rhum Mafana s’est imposé dans les bars de la région nantaise grâce à sa composition unique. Retour sur cette success-story.
EntreprisesManagementServices

L’outil de planning pour les restaurateurs Skello a gagné des clients durant la crise

Skello, un outil de gestion de plannings pour l’hôtellerie-restauration, a gagné de nouveaux clients issus de secteurs différents durant le confinement.