ÉconomieEntreprisesServices

Mon événement privé compte faciliter le recours à l’événementiel

2 min. de lecture
Traiteur - Maîtres d'hôtel

Depuis Saint-Martin-le-Vinoux (Isère), Cindy Bonhomme a lancé Mon événement privé, une plateforme de ventes privées de prestations événementielles. Traiteurs, salles de réception, food trucks ou DJ peuvent y être dénichés. Interview.

Cindy Bonhomme, fondatrice de Mon événement privé

Cindy Bonhomme

Pourquoi avez-vous décidé de transposer le modèle des ventes privées à l’événementiel?

C’est en préparant mon propre mariage, que je me suis aperçue qu’il manquait un site, ou une aide, pour référencer toutes les offres des prestataires, en un seul endroit, et déjà négociées pour nous. Quand on prépare un événement aujourd’hui, le plus important à penser est son budget… C’est toujours un peu la course, la négociation avec le prestataire, la date, le lieu…

De quelle manière votre offre se différencie-t-elle des pratiques commerciales du secteur?

Nous sommes le premier site de ventes privées de prestations d’événements. Nous retrouvons sur internet aujourd’hui beaucoup d’annuaires, très bien faits d’ailleurs, mais quand le client recherche une salle par exemple, il doit les contacter un par un, pour demander le tarif, les remises possibles ensuite, etc. Pour l’avoir vécu, c’est vrai que ce n’est pas facile à gérer ! Alors, une plateforme, spécialiste dans la vente privée, personne n’y avait pensé ! Nous l’avons donc créée.

Comment travaillez-vous avec les gestionnaires de lieux événementiels?

La règle d’or, c’est d’être transparent et travailler vraiment en collaboration avec eux. C’est un partenariat gagnant-gagnant, on ne demande pas d’abonnement mensuel, ni annuel, il n’y a pas de frais fixe, on demande juste une commission en cas de vente. En contrepartie, nous leur demandons de jouer le jeu et d’accepter une négociation sur leur tarif, ou d’offrir un service. Nous passons du temps ensemble pour choisir la meilleure offre. Nous voulons être une aide à la vente pour eux, et non pas une charge. Dans ce métier, le relationnel est très important !

Comment sélectionnez-vous les lieux et les prestations recensés?

Nous avons des critères qui, selon nous, sont importants pour paraître sur notre site, comme par exemple avoir une certaine qualité de prestation et de service, on se base beaucoup aussi sur les avis des clients, les photos, le feeling est important également ! Si on voit que la qualité de la prestation n’est pas à la hauteur, nous ne pouvons prendre le risque de proposer leurs services à nos clients, et que ces derniers soient insatisfaits. Nous préférons donc parfois refuser des prestataires. Ce n’est pas parce qu’un prestataire a pignon sur rue qu’il est forcément meilleur qu’une nouvelle petite agence récemment créée.

Quel est votre modèle économique et quels sont vos objectifs de développement?

Nous prenons une commission uniquement en cas de vente. 2016 sera un tournant pour notre entreprise : nous envisageons une belle croissance, tant au niveau du nombre d’offres que des mises en relation ! Une levée de fonds n’est pas impossible, elle pourrait nous permettre d’accélérer notre croissance, alors nous restons attentifs au marché.

Photo: Waiters serving wine par Shutterstock/Fotoluminate LLC

2343 articles

A propos de l'auteur
Journaliste dans la presse professionnelle, j'édite Business & Marchés à titre personnel depuis 2007.
Articles
A lire également
EntreprisesIndustrie

Comment Artecosy repense le métier du mobilier et s'adapte au télétravail

Mobilier : la marque Artecosy entend concilier le design et le confort. “Nous avons comme ambition de devenir un leader français dans l’ameublement”, explique Sophie Pineau, fondatrice.
ÉconomieEntreprisesManagementServices

“Les entreprises repensent la manière de stocker leurs biens”, observe Laurent Bonnet, de Stockoss

La start-up Stockoss propose de réserver des espaces de stockage (vrac ou palettes). Laurent Bonnet, fondateur de Stockoss, répond à nos questions.
EntreprisesServices

[Vidéos] On a passé le Nouvel an 2021-2022 à Disneyland Paris

Le Nouvel an à Disneyland Paris en période de crise sanitaire : une soirée payante annulée mais des parcs ouverts, avec de nombreuses animations, et une forte fréquentation. Un 31 décembre sans feu d’artifice, mais festif.

Recevez nos prochains articles par e-mail

Abonnez-vous à notre newsletter