Aller au contenu

Ornikar veut faciliter l’accès au permis de conduire

Cette auto-école en ligne s’appuie sur la souplesse offerte par le Web pour réussir son entrée sur le marché.

benjamin-gaignaultBusiness & Marchés a interrogé Benjamin Gaignault, un des co-fondateurs d’Ornikar, avant l’ouverture du site mi-février.

Quel constat vous a incité à créer Ornikar ?

Conduire une voiture représente un rêve pour beaucoup de jeunes… Et pourtant, nous avons fait le constat que ce permis de conduire est une véritable épreuve pour les élèves! Si nous voulons faire des élèves d’aujourd’hui les bons conducteurs de demain, nous pensons que la conduite doit rester un plaisir. Il faut donc revaloriser la profession de moniteur pour leur redonner l’envie d’enseigner. En tant qu’auto-école (l’agrément en cours d’obtention), nous comptons faire tous les efforts possibles pour rendre ce permis accessible, par la mobilité mais aussi par le prix.

Comment comptez-vous vous distinguer des auto-écoles ?

Nous allons être une auto-école au même titre que les établissements « traditionnels » et nous aurons donc les mêmes contraintes réglementaires. Néanmoins, nous avons essayé de regarder le système en place avec un nouvel œil, pour proposer une solution plus adaptées aux attentes des consommateurs et au monde d’aujourd’hui.

Nous proposons une offre différente du système classique sur les points suivants : Ornikar va former principalement des élèves inscrits en candidat libre auprès de la préfecture. Nous disposerons d’un réseau national de moniteurs indépendants pour proposer aux élèves de poursuivre leur formation où qu’ils soient (commencez à Paris, prenez quelques heures à Marseille pendant vos vacances et terminez votre formation à Rennes si vous le souhaitez).

Nous permettrons aux élèves d’évaluer leur moniteur afin que les autres élèves puissent choisir leur formateur en toute transparence (ce système incite les moniteurs à fournir une prestation de qualité, pour avoir des bonnes évaluations et donc un bon taux de réservation). Le tarif sera unique et historiquement bas: 35 euros de l’heure, partout en France.

Pourriez-nous nous préciser ces éléments ?

L’inscription en candidat libre est essentielle pour suivre une formation avec Ornikar, selon nous cette démarche va responsabiliser l’élève qui s’impliquera davantage dans son apprentissage. L’élève est libre, détient son dossier et peut prendre des heures de conduite au fur et à mesure sans être rattaché à une auto-école. Certes, face à cet effort de l’élève, nous devons lui assurer une prestation de qualité, qui passe notamment par un choix minutieux des moniteurs partenaires. Nous avons beaucoup de projets pour travailler sur la pédagogie de l’enseignement, comme l’apprentissage en groupe, ce qui permet aux élèves d’observer les erreurs des autres et apprendre à anticiper les dangers du point de vue du passager.

Quels types de clients ciblez-vous en priorité ?

Nous ciblons toutes les personnes qui souhaitent passer leur permis de conduire en toute liberté et à moindre coût. Cela concerne les petits budgets mais aussi ceux qui n’ont pas visibilité sur leur localisation dans les prochains mois (les étudiants par exemple). Suite au lancement de notre offre, nous avons reçu plusieurs messages provenant d’une nouvelle cible : les titulaires du permis qui ne conduisent pas depuis longtemps et qui souhaitent reprendre des heures de remise à niveau. 80 % des permis délivrés concernent des jeunes de 18 à 25 ans, donc nous allons prioriser cette cible sans pour autant délaisser les 20  % restants.

Quels sont vos objectifs à moyen et à long terme ?

A moyen terme nous voulons nous imposer comme la référence du permis B en France, avec le plus gros réseau de moniteurs indépendants.  A plus long terme, nous souhaitons élargir notre gamme de service, pour proposer de nouvelles formations comme le permis de moto, la formation 125 cm3 ou encore les stages de récupération de points.

Publié dansEconomieEntreprisesServices