Aller au contenu

A Grenoble, OpenCar veut simplifier le covoiturage

Trois étudiants comptent simplifier le covoiturage dans l’agglomération grenobloise à travers des trajets gratuits pour les utilisateurs, et des établissements partenaires.

A Grenoble (Isère), trois étudiants s’apprêtent à lancer, le 15 mars, OpenCar, une plateforme dédiée au covoiturage gratuit au sein de l’agglomération. Les trajets, courts, s’effectueront à partir d’établissements partenaires (discothèques, bars, cinémas, enseignement supérieur…) au moyen de conducteurs qui pourront choisir leurs cadeaux en accumulant des points. François Fantin (directeur général), Paul Feipeler (direction commerciale et créativité) et Lucas Durand (technique et marketing) répondent aux questions de Business & Marchés.

Quel constat vous a incité à créer OpenCar?

Etant étudiants au lancement du projet (et encore jusqu’en mars), nous avions de forts besoins de mobilité au sein de l’agglomération et notamment la nuit. Le constat effectué à Grenoble, et dans la plupart des villes de France, était donc qu’il était toujours difficile de se déplacer dès lors que les transports en commun n’étaient plus en service. Nous avons détecté un grand nombre de problèmes de mobilité pour les habitants de l’agglomération : difficultés lorsque que l’on habite en dehors du réseau de transport, trajets difficiles la nuit, temps élevés de transport, bouchons quasi-permanents… Notre projet compte aussi contribuer à diminuer le nombre de places vides dans les voitures et le nombre de véhicules.

Comment travaillez-vous avec les établissements partenaires?

Les établissements partenaires sont finalement nos clients mais nous les considérons bien comme des établissements partenaires, plus que des clients. Ils font en effet partie de notre réseau et partagent nos valeurs de convivialité, de sécurité routière et de convivialité. C’est grâce à eux que notre concept peut tourner et nous nous appuyons là-dessus. Nous souhaitons les intégrer un maximum de nos valeurs afin que tous et toutes travaillent à améliorer les conditions de la métropole. Bien entendu, nos partenaires attendent également des résultats en termes de visibilité, et c’est pourquoi, dès notre lancement, ils seront avertis le plus souvent possible (minimum une fois par mois) des résultats de leur communication sur notre plateforme.

Un test d’un an à Grenoble

Comment suivez-vous le déroulement des trajets, et comment sont récompensés les conducteurs?

Afin de valider un trajet, le conducteur devra se géolocaliser lors de son trajet. La géolocalisation, moyen de vérifier que la course a été effectuée, permettra de déterminer la distance parcourue par le conducteur et ainsi de lui créditer ses points. Grâce aux points cumulés au fur et à mesure des trajets, les conducteurs pourront se rendre sur notre boutique en ligne et réserver des cadeaux : menus au restaurant, places de cinéma, entrées au stade, forfaits de ski, loisirs, etc.

Quel est votre modèle économique et quels sont vos objectifs de développement?

Notre modèle économique est, pour l’heure, centré sur nos partenaires. Ceux-ci payent mensuellement un montant en cadeaux (que nous redistribuons à nos conducteurs) et un montant numéraire, en échange de la visibilité offerte par notre plateforme. Nos partenaires peuvent promouvoir leurs événements sur notre plateforme afin d’attirer un maximum de covoitureurs. En termes de développement, nous souhaitons tout d’abord tester notre concept pendant un an sur Grenoble (objectif d’environ 8000 utilisateurs sur l’agglomération au bout d’un an) avant d’exporter notre concept vers de nouvelles villes de la région Rhône-Alpes. Ainsi, nous espérons être installés dans trois villes d’ici à deux ans.

Publié dansEconomieEntreprisesServices