ÉconomieEntreprisesServices

MyRoomIn veut davantage attirer les internautes vers l’hôtellerie haut-de-gamme

2 min. de lecture

Retour sur l’actu des start-up. Lancé à l’été 2015, le site MyRoomIn propose une sélection de chambres d’hôtel «d’exception» à travers une interface innovante. Sa cofondatrice et directrice générale, Marie Le Roy, revient sur la première année d’activité de l’entreprise, dans un secteur très concurrentiel.

Comment a évolué l’activité de MyRoomIn depuis son lancement?

MyRoomIn a été lancé il y a un an. Ces quelques mois ont été intenses. Ils nous ont permis d’accélérer nos partenariats avec les hôtels, puisque nous avons désormais plus de 150 hôtels partenaires et près de 600 chambres disponibles à la réservation. Les hôteliers sollicitent notre parti pris qui redonne de la valeur à leurs plus beaux produits et leur redonne en quelques sortes le pouvoir, face à un Airbnb qui a changé les attentes des voyageurs. Nous sommes une réponse à  ce problème pour eux. Nous avons accueilli nos premiers clients et avons eu comme priorité de les connaître pour comprendre leurs attentes. Nous avons établi un contact avec chacun d’eux! Une étude que nous avons lancée avec Harris montre qu’un Français sur trois est déçu en découvrant la chambre qu’il a réservée sur Internet. Nous sommes là pour ces voyageurs.

Quels projets avez-vous lancés?

Le point-clef de ces onze derniers mois a été la mise en place d’une stratégie SEO/SEA, l’acquisition de trafic étant aujourd’hui la clef de voûte d’une activité digitale comme la nôtre. Nous avons affiné au fil des mois une stratégie de niche qui s’avère payante, car elle draine sur notre site des prospects ultra-qualifiés. Nous avons enfin utilisé tous ces acquis pour lancer notre activité sur la Côte d’Azur.

Quels éléments de votre business model ont été validés, et quelles modifications avez-vous opéré?

Le recrutement de nos partenaires se déroule particulièrement bien. Nous répondons à une attente forte des hôteliers et sommes en avance sur ce point de notre business plan. Globalement, notre modèle s’est montré pertinent. Nous avons en permanence ajusté nos investissements sur l’acquisition de trafic en ciblant de plus en plus nos achats de mots clefs. Nous n’avons pas peur de la stratégie de niche, au contraire! Qui aurait misé il y a dixans sur la location de chambres entre particulier qui fait aujourd’hui le succès d’Airbnb? En parallèle, nous avons élargi la palette tarifaire des chambres sélectionnées sur MyRoomIn. Notre offre s’étend actuellement de 79€/nuit à 1200€/nuit. Enfin, nous avons amélioré l’ergonomie de notre site web.

Comment souhaitez-vous vous développer?

Nous préparons activement l’ouverture de nouvelles destinations. C’est un business facilement « scalable » puisque seuls un photographe et un rédacteur doivent être sur place pour shooter les chambres et les décrire avec la « patte » MyRoomIn. Nous envisageons de lever des fonds avant la fin 2016 pour réaliser ce développement.

2182 articles

A propos de l'auteur
Journaliste, j'édite Business & Marchés à titre personnel depuis 2007.
Articles
A lire également
EntreprisesIndustrie

Tendances: avec ces marques, être à la mode, c’est le pied !

La Paris Fashion Week femme aurait dû se dérouler avec ses habituels défilés sur site. Il faudra de nouveau se convertir à une formule largement numérique. Un contexte qui ne décourage pas les créateurs de ces marques, spécialisées dans la chaussure et la chaussette.
ÉconomieEntreprisesIndustrie

“Le Made in France ne suffit pas à faire vendre un produit”, rappelle Tiphaine Chouillet (La Racine)

Entreprises françaises patrimoniales ou sociétés en transition vers le made in France, tels sont les profils de structures qu’accompagne La Racine. Créé en 2015, ce cabinet de conseil intervient sur l’ensemble de la chaîne de la valeur.
EntreprisesServices

Supli lève 2 millions d'euros pour connecter plus de grossistes aux pros des métiers de bouche

A trois ans, la start-up Supli accélère. Une levée de fonds de 2 millions d’euros doit lui permettre de développer son service…

Recevez nos prochains articles par e-mail

Abonnez-vous à notre newsletter

1 commentaire

Réagissez par e-mail ou sur nos réseaux sociaux.