ÉconomieEntreprises

MyBrazil Juices poursuit le développement de ses jus de fruits frais

4141374MyBrazil Juices - Jus de fruits frais0_1122884421211474_5928494597352194048_o

La start-up parisienne MyBrazil Juices développe sa gamme de jus de fruits dans des bars éphémères et en GMS. Elle compte également se développer dans les cafés-hôtels-restaurants.

Habituellement, MyBrazil Juices déploie ses kiosques éphémères, des “juices bars” sous forme de paillotes, entre mai et octobre dans des lieux à fort trafic à Paris et dans sa région – sur des parvis de gares ou, ces dernières années, à la Défense. “Ils fonctionnent bien dans des quartiers où les gens ont envie de s’évader. Cela permet d’avoir une pause sympathique sur notre terrasse”, indique Benjamin Dubois, cofondateur et président. 

La start-up, créée en 2016, bénéficie toutefois d’autres réseaux de distribution. 90% de l’activité réside dans la distribution de jus de fruits premium en cafés-hôtels-restaurants et dans les grandes surfaces alimentaires. Au départ, l’idée a été d’importer en France un concept de bars à jus, notamment repéré au Royaume-Uni et aux Etats-Unis. “Nous trouvions important de pouvoir tester les tendances directement auprès des consommateurs, de se confronter au terrain. Cela nous permet d’être sûrs de lancer des références appréciées. Chaque année, les best sellers sont ensuite produits en bouteilles”, poursuit le manager.

Des formats adaptés au snacking

Monop et Monoprix ont poursuivi leur activité durant le confinement – Franprix a rejoint le panel de distributeurs le 1er juin. Des bouteilles de 25cl sont adaptées au snacking, ainsi qu’un grand format 70cl pour les mix de fruits et 1 litre pour les jus simples, une nouvelle gamme bio lancée en mai. Les bouteilles de ces jus sont en plastique recyclé. Un moyen d’asseoir le côté “éco-friendly” de la marque, qui se distingue la presse des fruits et légumes à froid et leur stabilisation par haute pression, sans pasteurisation : “de fait, on ne tue pas les vitamines.” Les produits se conservent durant un mois.

Une durée de conservation qui séduit également les hôteliers et restaurateurs : “nous réfléchissons à de plus grands conditionnements pour pénétrer le marché du food-service. Souvent, en restauration rapide, il n’y a pas forcément de proposition healthy. Nos produits ne contiennent que le sucre contenu dans les fruits. Les établissements peuvent mentionner qu’il s’agit de jus de fruit pressé sur leurs cartes”, ajoute Benjamin Dubois. La gamme mix de fruits en 25cl fonctionne bien en CHR, notamment avec le Copacabana, son best-seller. (ananas, mangue, passion). Les partenaires industriels sont spécialisés dans la transformation des fruits frais.

Durant la crise, MyBrazil Juices a par ailleurs réservé des palettes de jus pour les personnels d’hôpitaux, d’Ehpad et de la grande distribution.

A propos de l'auteur
Journaliste à L'Usine Nouvelle, j'édite Business & Marchés à titre personnel depuis 2007.
Articles
A lire également
ÉconomieEntreprisesServices

Pourquoi les chatbots sont devenus des incontournables de la transformation digitale

Dydu édite un logiciel permettant à ses clients de dialoguer avec leurs internautes. Katia Houbiguian revient le parcours des bots et sur leur utilité aujourd’hui.
ÉconomieEntreprises

Spiritueux : comment 30 & 40 fait rayonner le savoir-faire du Calvados

30 & 40 s’est imposé comme un des embouteilleurs indépendants les plus en vue. Vincent Béjot, cofondateur, revient sur son développement et sur les enjeux d’une production locale.
ÉconomieEntreprises

La brasserie Opé fait essaimer la culture bière aux Sables d'Olonne

Depuis un an, Pierre Brodu développe la brasserie Opé aux Sables d’Olonne avec une offre bio et de nouvelles recettes.