Aller au contenu

Mort Subite compte démocratiser le lambic en France

Mort Subite lance une bière brassée pour la France, la Lambic Botanic, dotée d’une base de gueuze et brassée avec des baies de genièvre et de la cardamome. Paolo Bouquin, brand ambassador depuis mai 2017, présente à cette occasion les actualités de la brasserie à Business & Marchés.

Quelles sont les spécificités de Mort Subite ?

Mort Subite est une brasserie belge installée à Kobbegem, à 10 km de Bruxelles. Dans la région, 11 producteurs de lambic sont reconnus par le Haut conseil du lambic, dans la vallée de la Senne, un territoire assez restreint. Le lambic est un style de bière qui doit être brassé dans la région, avec 40% de blé cru et 60% de malt d’orge. La deuxième particularité, c’est que l’on cherche du houblon vieux : nous utilisons le houblon uniquement pour le côté conservateur et antiseptique, et non pour l’aspect aromatique et amérisant. Nous consommons du houblon vieilli pour faire en sorte que les aromes disparaissent avec le temps – on ne garde que les propriétés de la plante.

De quelle manière expliquez-vous les particularités du lambic ?

Mort Subite se caractérise par la polyvalence de ses produits. J’explique les particularités du lambic, et dans ma vision des choses, il faut mettre le bon produit au bon endroit. Il faut accompagner le consommateur. La kriek a en moyenne un an de fermentation : une macération dans des cuves placées à l’horizontale, avec des cerises belges, dans un mélange au moyen de jeunes lambics. La kriek, on ne la brasse qu’une fois par an, début juillet, lorsque les cerises sont livrées. On est plutôt « old schools » et attachés aux saisons. Notre maitre-brasseur, Bruno, y travaille depuis 33 ans ! Quand je suis arrivé, j’ai travaillé sur les assemblages avec lui et je transmets les notions aux équipes marketing et commerciales. Mort Subite est une porte d’entrée vers d’autres styles de bière.

Comment la brasserie a-t-elle rejoint le giron d’Heineken ?

La brasserie date de 1686. Le nom vient d’un jeu de dés, le 421, joué dans le Nord de la France et dans les Flandres. « Mort Subite » a donné le nom au bar, à Bruxelles, et à la brasserie – pourtant, malgré ce terme, nos bières vont de 4,5° à 5,5° d’alcool, sauf exception. Un des deux frères Vossem, les propriétaires de la brasserie, a vendu ses parts à Alken Maes, qui a été vendu à Kronenbourg, qui a racheté toutes les parts, puis Scottish & Newcastle a racheté l’entité avant d’être lui-même par Heineken. Aujourd’hui, nous exportons en France, aux Pays-Bas, en Roumanie, et l’Extreme kriek seulement en Russie.

De quelle manière avez-vous été recruté comme brand ambassador ?

J’étais responsable du service clients international chez Showroom Privé, et je suis passionné de bière depuis six ans. Je visitais des brasseries, je faisais du tourisme brassicole, je brasse chez moi… J’ai assisté à des brassins en Espagne, en Angleterre, en Allemagne… et j’ai été contacté par Mort Subite, qui cherchait un profil plus « geek » de bières. J’ai passé le Cicerone, un programme américain de sommelier de bières. Nous ne sommes que 25 personnes en France à être titulaires du premier niveau. J’ai ensuite commencé à travailler comme brand ambassador, à prendre en charge la marque : il s’agissait d’une création de poste. Je suis rattaché au marketing, mais il y a une importante partie commerciale en CHR et d’accompagnement avec les distributeurs.

Quelles sont les spécificités de la gamme française ?

Nous brassons pour la France des produits qui ne sont pas forcément disponibles en Belgique ; la kriek et la witte sont quant à elles brassées pour tous les pays. En France, on propose la Blonde, un lambic avec du Cascade houblon et du Target anglais. En Belgique, on propose la gueuze (qui arrivera prochainement en France), la Oude gueuze et la Oude kriek. La Gueuze (30% de vieux lambics et 70% de jeunes lambics) sera en exclusivité chez Auchan (37,5 cl, bouchon en liège) et en CHR en bouteilles. La Oude Gueuze et la Oude kriek (95% de vieux lambics, en moyenne avec trois ans de vieillissement en fûts de chène, et 5% de jeunes lambics – soit moins de six mois de fermentation), sont disponibles en Belgique.

Comment Mort Subite compte se développer en France ?

On a décidé de brasser une bière de saison, pour fêter l’arrivée du printemps, la Lambic Botanic, présentée du 6 au 8 avril à La Cartonnerie (à Paris), où l’on fera une vente de plantes. Elle est brassée pour la France, disponible en CHR avec un référencement sélectif. On fait un assemblage de vieux et de jeunes lambics, avec une infusion pendant 24 heures. C’est très intéressant d’innover sur un nouveau produit éphémère (pendant deux mois, 60 000 bouteilles !)

L’abus d’alcool est dangereux pour la santé. A consommer avec modération.

Publié dansEconomieEntreprises